Fusées n° 18 par Stéphane Batsal

Les Parutions

23 oct.
2010

Fusées n° 18 par Stéphane Batsal

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Mesdames, Messieurs - non, ce ne serait pas très drôle. Ce serait avec de l'esprit mais sans trait. Ce serait un livre - puisqu'il y aurait une « préface » - et ce serait une revue et les revues seraient « moins figées que
les livres ». Pourtant il y aurait une « tension » « d'autant plus frappante ». Je me dirais tiens ! le moins figé est encore bien tendu ! Et le papier glacé me figerait dès que j'en touche. Il y aurait des dossiers, ils seraient minces. On ne pourrait pas s'appuyer dessus. Deux d'entre eux auraient une trame plus solide, avec un paysage. Ailleurs, dans la « fusée habitée », il y aurait des évocations admiratives de portraits et « le Grand Tout qui nous contient ». (Moi, je serais plutôt Grand Trou qui attire.) Un « encoconnage » me ferait « tenir », et même aimer « tenir » et cette fois la minceur me rendrait enthousiaste, la minceur d'une étoffe aujourd'hui rougie, mais il y aurait un autre dossier. Alors celui-ci serait tout à fait compact, il serait écrit dans une langue, il y aurait beaucoup de mots et on pourrait croire que chaque mot est un concept. Il y en aurait des strates et je ne les trouverais pas tellement en formation, et « moins figées » non plus. A un moment de cette densité j'abandonnerais la percée. «a se passerait au moment où,
Mesdames, Messieurs,
décidé à lire la suite et le dernier dossier un jour prochain, je poserais mes petits outils bricolés.