La Polygraphe, vol. 30/31

Les Parutions

15 déc.
2003

La Polygraphe, vol. 30/31

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Bien que double, voilà un numéro qui n'étouffe pas le lecteur, très agréable à feuilleter et à lire. En exergue, une adresse (latin et français) du Cardinal Bessarion au Sénat de Venise, un érudit humaniste du Quattrocento dont la bibliothèque fut, nous dit Frédéric Gabriel dans sa présentation, le pendant manuscrit de ce grand livre oriental de pierre qu'est la basilique de Saint-Marc . Le legs du cardinal inciterait presque à retitrer le numéro ainsi : "Un prêt carré". Parce que le don serait trop rond?. Non, parce que cette revue ne connaît pas de limite dans le prêt au riche qu'est son lecteur. Impossible de recenser même rapidement tout ce qui passionne ou délecte, on peut seulement encenser quelques figures de ce "pré" dans l'espoir de donner envie.
Il y a deux dossiers, un vrai, André Frénaud et une sorte de sous-dossier Stanislas Rodanski (pourquoi ce dernier n'apparaît-il pas en couverture?) : avec des documents peu connus et dispersés (notes, écritures manuscrits, portraits), on perçoit bien de ce dernier la fameuse trajectoire, implacable chute vers le haut comme l'écrit si justement Bernard Cadoux dans son article.
Dans la section Autre bibliothèque , ne pas manquer, p. 181 (juste derrière l'écriture bestive de Sophie Loizeau : coup d'œil surréaliste du sommaire), la désopilante et pliante genèse de Jacques Demarcq, La Création- I, II, III qui commence très iconoclaste et déboule sur un rythme satanique dans un final baudelairien : où l'on comprend pourquoi et comment c'est »ve qui invente l'écriture.
Enfin, dans la section lectures & piston , la sarcastique Isabelle Zribi évoque un poète russe, O qui aligne les clichés sur la France et finit par s'égosiller sous un orage devant un gazon vide et un jeune poète plein d'interrogations. Juste après, on remarque aussi le texte de Sege Ritman sur Francis Ponge qui reprend ce dernier côté Humboldt en mettant à mal les clichés à la Gleize, avec un éclairage précieux sur cette volubilité (qui) fait la modernité.
Le commentaire de sitaudis.fr Un pré carré.
…d. Comp'Act
303 p.
16 €