Mon binôme de Charles Pennequin.

Les Parutions

02 mai
2004

Mon binôme de Charles Pennequin.

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Grâce à Annabelle Mogette, muse-maîtresse tendance HLM, Charles Pennequin (dont on a le droit de préférer la poésie, on l'a dit, on le répète) sort de son ressassant monologue, du monôme de Bibi (son précédent livre en prose chez le même éditeur), il passe au Binôme de toi/moi. To be two. Amour de l'humour et humour de l'amour, il nomme, le môme! Et ça fait respirer de virgule en virgule les associations vite enchaînées de ce texte compact d'autant que la figure récurrente de l'autorité, le Colonel (que l'auteur gendarme côtoie sûrement de près dans la vie étouffée des mots tout faits) vient aussi en prendre pour son grade. Bien que ses phrases désormais s'enchaînent sans point ni majsucule, bien que son paquet verbeux s'accumule sans paragraphe, le parleur semble s'être arraché à l'espace psychotique dans lequel il n'aimait, ne déchirait que son tas de moi. Accédant à une clownesque triangulation oedipienne, il scande pathétiquement son n'importe quoi des phrases figées de la télé, du sexe, de la folie, de la bêtise et de la mort, il scande à n'en plus finir ; parce que le mot jette, les maux le jettent dans l'infini du monde.
Le commentaire de sitaudis.fr éd. POL
154 p.
16 €