Liliane Giraudon, les ripostes.

Les Incitations

14 mars
2004

Liliane Giraudon, les ripostes.

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Il est rare qu'un avis négatif sur un livre suscite autant de réactions de défense, aussi prestigieuses que celles de Philippe Beck ou Eric Houser : nous ne pouvons qu'encourager ceux qui ne partagent pas notre avis à étayer leur argumentation pour mettre La fiancée de Makhno à notre portée, avis!
Nous maintenons quant à nous notre adhésion au travail de Liliane Giraudon lorsque, comme dans Sker, elle s'efforce de traiter le réel ; la perplexité, l'irritation même nous gagnent en revanche chaque fois qu'elle manipule de la fiction.
Rappelons ce qu'écrivit Charles Nodier au début de Paul ou la ressemblance :
Ce qui me charme dans l'Odyssée, ce qui me pénètre à sa lecture d'un sentiment mêlé d'admiration et d'attendrissement, c'est la bonne foi sublime de ce poète qui récite ingénument des contes d'enfants comme il les a entendu réciter, et qui les orne à plaisir des plus riches couleurs de l'imagination et du génie, parce qu'il n'a rien appris de mieux dans la conversation des vieillards, des héros et des sages. Ses histoires sont merveilleuses à la vérité ; mais il est plus merveilleux qu'elles encore, lui qui a confiance dans ses histoires.
Liliane Giraudon elle, comme la plupart des écrivains d'aujourd'hui, s'est laissé miner par le scepticisme et, pour nous, c'est plutôt du côté d'un Patrick Beurard-Valdoye (dont La fugue inachevée vient de paraître chez Al dante), qu'on pourra trouver les fastes prometteurs d'un renouvellement du narré.
Le commentaire de sitaudis.fr Suite à notre récente parution, nous avons reçu de généreuses protestations.