Le temps du tableau de Catherine Weinzaepflen par Pierre-Alain Goudiou

Les Parutions

04 juin
2008

Le temps du tableau de Catherine Weinzaepflen par Pierre-Alain Goudiou

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Voilà un livre écrit en vers mais rarissime : le seul, peut-être avec Eugène Onéguine, qu'on puisse lire en continu avec un désir intact du début jusqu'à la cent-trentième page.
Le vers bref ne se met pourtant pas ici au service d'un récit, il donne à voir, d'abord des tableaux (vrais ou rêvés, chacun muni d'un titre) qui tiennent rarement sur une seule page mais ne débordent jamais la seconde, puis défilent les vingt-deux scènes impossibles et pourtant palpitantes, parfumées d'un théâtre imaginaire ; et le continuum n'a pas été rompu, incroyable ... à la fin, tels ces interprètes magnifiques qu'on est confus de voir revenir pour un bis réclamé par leurs seuls proches, l'auteur a glissé une "lettre" en vers également (Migrations) qui aurait eu sa valeur dans un autre contexte mais qui épaissit sans raison le recueil, dommage.
Avant cette chute en trop, CW a réussi le prodige de ne pas lâcher son lecteur, de lui imposer le fil d'une douce, d'une sensuelle tension continue avec des fragments autonomes ; alors, ce lecteur, surtout celui du type envieux parce qu'il lui arrive d'écrire lui aussi en vers, revient sur les exploits pas courants de l'auteur, il cherche à savoir comment ses coups sont montés.
Pas de majuscule, pas de ponctuation, ça coupe et décape, le temps du tableau file droit et vite.
Le montage, voilà peut-être le seul secret de Catherine Weinzaepflen cinéphage, cinéphile, cinélogue,(cf. page 80 le titre dédicace à J.F. Stévenin ) un peu cinoque et beaucoup poète ; chacune de ses fins suscite la faim de la suivante mais impossible de prélever la moindre séquence sans dénaturer le tout.