Perfect Day de Jalal El Hakmaoui

Les Parutions

04 avril
2017

Perfect Day de Jalal El Hakmaoui

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 

 

 

Le titre du livre est un hommage à Lou Reed et à ces chansons qui, comme certaines gâteries peuvent séduire les palais de tous les pays ; de la même façon, et contrairement à de nombreux textes contemporains, Perfect Day parvient à parler aux gens de toutes les cultures et bien davantage encore.

Sous des aspetcs de récit aux portraits jubilatoires, plein de finesses, il s’attaque subtilement aux fictions du système dominant :

 « Le Boss dit que dans l’entreprise capitaliste, on est obligé parfois de sucer le sang de nos propres enfants, de nos frères et sœurs. »

 Les phrases sont simples, également brèves et très compréhensibles, le récit fluide.

Le chapitre 1, le seul chiffré de tous ces courts chapitres, introduit un Je en proie à des activités matinales triviales sauf que son entourage est pour le moins aussi cocasse qu’énigmatique. Et fera retour tout au long du livre, ça continue ainsi jusqu’aux portraits des personnes qui travaillent avec le narrateur. Apparaît alors l’autoportrait dudit narrateur dans le chapitre intitulé Moi, juste avant celui du concierge chinois Mo puis celui de Milou (succession de 3 initiales identiques, ce n’est pas un hasard mais un de ces signes discrets de l’esthétique de l’auteur). À partir de là, le Je prend en charge en partie les personnages d’Hergé jusqu’à la personne même de leur créateur : hommage critique à la Belgique et à ses problèmes de crispation identitaire, très proches de ceux de la France (ex pays colonial) comme l’actualité nous a permis de l’apprendre.

 Pour ce livre, Jalal El Hakmaoui a bénéficié d’une résidence dans ce pays mais Pierre-Yves Soucy, qui dirige la collection Résidences chez l’éditeur, la définit comme « un lieu sans frontières » : comme ce Je qui finit par se dissoudre dans une multiplicité subtilement comique. Les chansons, les vêtements, les habitus et les mets de prédilection des personnages, fonctionnent comme marqueurs sans qu’il soit nécessaire à l’auteur de faire la moindre remarque.

 Perfect Day atteint une sorte de perfection diurne en tant qu’objet littéraire simultanément accessible, drôle et … subversif.

 

 

 

 

 
Le commentaire de sitaudis.fr

 

Éditions L'Arbre à Paroles, 2017
coll. Résidences dirigée par Pierre-Yves Soucy
44 p.
10 €