Aa, Journal d'un poème de Caroline Sagot Duvauroux

Les Parutions

16 déc.
2007

Aa, Journal d'un poème de Caroline Sagot Duvauroux

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
En exergue de ce "journal", cette citation d'Eschyle :

Malheur à moi j'ai compris le mot des énigmes.

Eschyle fait partie des intercesseurs inhabituels qui figure en tête de ce livre aux côtés de Gertrud Stein, John Cage et Robert Barry, quelques autres tandis que les "intercesseurs habituels" sont :

Rimbaud Racine Deleuze Nietzsche Agamben un chien un chevreuil quelques choucas la forêt Cézanne et beaucoup d'autres morts

Entre ces deux séries, on remarque d'emblée la plus grande hétérogénéité de la seconde et l'absence de virgule pour en séparer les éléments.
Les deux séries précédent l'énumération des outils de l'artiste :

le paradoxe
l'asyndète
le grec ionien
le désordre
l'intuition de Bergson

le toupet
l'arc et la lyre
l'hymne sans lyre
l'imprécation
quelques chansons
l'écouvillon le refouloir le digon<
br>
Dans son Pré-dire, Caroline Sagot Duvauroux cite Raphaële George comme elle peintre et poète.
Le texte de la page 21 est ponctué normalement mais à partir de la page 25, la multiplication des barres obliques de séparation (slatchs //////) amène une élévation jamais vue des points ; entre deux phrases, ils sont suspendus aussi haut que le plus haut des deux points du double-point, comme en apesanteur.

C'est ainsi qu'on peut voir filer cet expérimental bateau ivre
de papier et de questions.
Le commentaire de sitaudis.fr éd. José Corti (2007)
232 p.
17 €