Lettre ouverte à mes amis sur les Bouvard et Pécuchet... par Éric Maclos

Les Incitations

09 nov.
2004

Lettre ouverte à mes amis sur les Bouvard et Pécuchet... par Éric Maclos

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
...d'aujourd'hui, et sur quelques sujets plus importants.







Grâce à l'amicale prévenance de quelques-uns uns d'entre vous, voici que je prends connaissance, dans le magazine "Epok" du mois d'octobre 2004, d'un entretien entre Messieurs Nora et Olivennes. Ils échangent, glosent et diagnostiquent, quant aux évolutions de ces cinquante dernières années dans le domaine culturel. Diable. On ne leur en demandait pas tant. Enfin, pas moi.Les « thèses » en présence - rassurez-vous, elles ne s'affrontent pas - tiendraient dans le creux - oui - d'un dé à coudre qui n'aurait rien d'autre à faire. Je disais Bouvard et Pécuchet ? C'est Dupond et Dupont : les choses ont bien changé, elles ne sont plus ce qu'elles étaient, et la faute à l'éducation nationale et à la génération de 68, et la perte des valeurs, etc....
Rassurez-vous mes amis : il s'agit là de deux (2) intellectuels, dont un (1) académicien, qui savent donc de quoi ils parlent, et qui peuvent soutenir le constat ( et lequel, résultat de la mise en œuvre de quelles connaissances, de quelles expériences ? ) en lieu et place de la démonstration.
Bien sûr, aucune perspective historique - un demi-siècle l'aurait pourtant mérité. ( 1954, on en commémore ces temps-ci le début de la guerre d'Algérie) On évoque Jean Vilar, et son fameux « élitisme pour tous ». Mais on se garde bien de rappeler le rôle primordial de la classe ouvrière, de son organisation syndicale et de son organisation politique dans la vie culturelle d'après-guerre. ( Par exemple, Jean Vilar s'est appuyé sur les Comités d'Entreprise créés à la Libération ). On aurait pu ainsi souligner que le recul de la conscience de classe, que l'effacement de la perspective révolutionnaire avaient ainsi contribué, par défaut, à l'instauration d'une « culture de masse « consacrant le triomphe de la marchandise et de sa circulation, avec l'aide bienveillante des anti-dépresseurs. Mais il faut dire que dans ce triomphe, nos Dupond se trouvent bien : ce monde est celui où ils plongent dans les délices du pouvoir symbolique. Avec le pouvoir de décréter : « les théâtres sont pleins, mais ils ne sont plus le lieu de débats de société « , quand le conflit des intermittents pose la question, justement, de la place de l'artiste dans cette société-là.
Tout ceci n'a rien que de très banal et navrant, et n'aurait mérité de ma part qu'un haussement d'épaules. A un détail près.
Nos duettistes parlent de poésie. Ils commencent même par ça. Sur le même ton. Avec cette formule de Nora, « aujourd'hui, c'est un esprit de secte ». On a bien lu qu'un « spécialiste » des sciences humaines voyait de la secte ... en poésie. Là encore, le refoulé de l'Histoire tape sur les doigts. Car la poésie aujourd'hui, sa diffusion n'est pas plus réduite - on le sait - qu'au temps où Rimbaud publiait à compte d'auteur. Simplement, le bruit du monde s'est amplifié, et la part du silence dans ce bruit s'en est trouvée réduite, car la poésie, oui, tient davantage du silence que du bruit. En fait, dans la société moderne - on entend par-là celle qui succède à l'Ancien Régime - le rayonnement de la poésie semble constant, à une exception près, la poésie de la Résistance, et à son écho perdurant dans les années qui suivirent la Libération, que Nora évoque sans liens aucuns avec ce qui précède cet écho-là... Trop facile, de se référer aux seules apparences publicitaires, et je passe sur le ridicule « Francis Ponge, le poète chic et un peu hermétique », ridicule qui confine à la stupidité.
Monsieur Nora, académicien, ne lit plus de poésie - s'il en a jamais lu - au moins depuis qu'il déshonore la rue Sébastien-Bottin. Et c'est parce que Monsieur Nora ne lit plus de poésie, aujourd'hui c'est à dire depuis longtemps, qu'il ose cette insulte, « un esprit de secte ». En France, pays de la Révolution et de la République, la représentation nationale a créé une commission parlementaire sur les sectes et leurs dangers. L' « esprit » et l'acte de la secte constituent un délit, et le mot lui-même est infamant pour les citoyens que nous sommes. Monsieur Nora insulte donc, diffame, les poètes. Aussi leurs éditeurs. Aussi leurs lecteurs, et ils sont plus nombreux que Monsieur Nora l'imagine, si tant est que le verbe imaginer puisse adopter Monsieur Nora comme sujet.
Il se trouve que je suis poète, oui, car c'est ma pratique. Mais pas seulement : tous les jours, comme salarié, j'achète et je vends des livres de poésie. Comme employé en librairie, pour le compte de l'enseigne dont Monsieur Olivennes, l'interlocuteur de Monsieur Nora, est le pédégé. Il se trouve, donc, que Monsieur Nora a pu insulter, dans un magazine édité par la Fnac, « mes » auteurs, « mes » éditeurs, « mes » lecteurs - et donc « mes » clients - sans que « mon » (demi) patron ait rien pu trouver à redire.Il n'est pires esclaves que les petits maîtres.
Monsieur Nora se plaint d'être aujourd'hui « assis sur du vide ».Nous ne pouvons, mes amis, qu'éclater de rire.
Nous qui, décidément, n'aspirons, et simplement somme toute, qu'à vivre debout.


Affectueusement,
Le commentaire de sitaudis.fr Autrement dit, Messieurs Nora et Olivennes justement désignés.