SEICA SI (extrait) par Emilio Araúxo

Les Parutions

22 janv.
2018

SEICA SI (extrait) par Emilio Araúxo

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

DUN GOLPE DE SONO Á MAÑÁ CEDO

dun golpe de sono á mañá cedo
aldeas na distancia antiga das herexías
lidar para calzarse
lidar cos zapatóns
a intranquilidade xa come a un
quen perdeu se cadra a forza dunha man
e despois pelexar para erguerse
non llelo quere o corpo
teñen ó mellor aínda a lingua lixeira
pero non teñen o corpo
os ósos vanse
desgastáronse do traballo
vingábanse na forza cando eran novos
naquela batalla en canto non se levantan
e non botan a andar
xa non firma o esqueleto dereito
chancras moita loita para vestilas
chancras sen ó mellor a campá
loitar cos mallós para atalas
e despois tentar endereitarse
aguantar un pouco de pé
levantarse dando voltas
e calcando os puños no chao
irse erguendo así
erguerse da cama e caír redondos
cando se lles vai a cabeza
e ás veces ter o cu sentado
e coma que se prende ó sitio
desfeitos de todas as perseveranzas
berrando ó erguerse da cama
derrreados
case chegar cos fuciños ó piso
ás mañás cos fuciños case no chao
derreados
non se poder enderenzar
sen o caxato nada
sen o caxato non se cantean
rangueando
erguerse da cama e irse a cabeza
e irse a cabeza
o medo ó frío
o frío tolle a un
collendo un pau
armados dese signo da creación
un intre
un a un e deica a fin dos tempos
no que a guerra ten o brillo da paz

 

 

 

D´UN COUP DE SOMMEIL TÔT LE MATIN

d´un coup de sommeil tôt le matin

villages dans la distance ancienne des hérésies

lutter pour mettre ses chaussures

lutter avec les grands souliers

l´inquiétude déjà te dévore

qui a perdu peut-être la force d´une main

et puis se battre pour se lever

le corps n´aime pas ça

ils peuvent avoir encore la langue rapide

pas le corps

les os partent

s´usaient par le travail

ils se vengeaient de la force

quand ils étaient jeunes

dans cette bataille

tant qu´ils n´arrivent pas à se lever

et n´arrivent pas à marcher

la silhouette ne signe plus droite

les sabots

beaucoup de combats pour les mettre

sabots par hasard sans la cloche

lutter avec les lacets pour les attacher

et puis tenter de se mettre debout

tenir un peu debout

se lever en tournant

et avec les poings cloués sur le sol

se lever ainsi petit à petit

sortir du lit et tomber illico par terre

quand la tête s´en va

et parfois avoir les fesses assises

et comme si elles se collaient à l´endroit

démolis de toutes les persévérances

dans le cri en se levant du lit

éreintés

presque touchant avec le museau le sol

le matin presque avec le museau sur le sol

éreintés

retissés de rhumatismes

ils n´arrivent pas à se mettre debout

sans la canne rien à faire

sans la canne ils ne peuvent pas se débrouiller

en boitant

se lever du lit et la tête qui part

et la tête qui part

la peur du froid

le froid engourdit

à saisir un bâton

armés de ce signe de la création

un instant

instant à instant jusqu´à la fin du temps

où la guerre a l´éclat de la paix

 

 

 

 

Le commentaire de sitaudis.fr

Poème en galicien (suivi, plus bas, de sa traduction en français par l'auteur)

Extrait de  SEICA SI
Chan da Polvora Editora/ Amstra-N-Gallar, 2017

Photos et illustrations de l'auteur