Écran total, extraits par Vincent Zonca

Les Poèmes et Fictions, poésie contemporaine

Écran total, extraits par Vincent Zonca

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 

 

3

 

le rivage avait la forme d’une bourrasque au moment de monter la paume se referme sur la rampe et glissent derrière soi des milliers de visages en chute libre — la main esquisse un à rebours quand des milliers de masques se superposent en une pellicule de cristaux liquides humides qui coulent derrière les yeux au goutte-à-goutte la langue alors se multiplie et se gonfle à mesure que d’autres langues joignent aux commissures le rivage avait la forme d’une bourrasque quand au loin — fermer les dernières portes derrière soi brandir la flamme vers le ciel quand au loin les dernières formes de soi s’érodent et s’évaporent dans le cri du couchant dans le bitume stop — une fois le contact mis la voix le rivage avait la forme d’une bourrasque au moment de monter

 

 

 


...

 

 

 

12

 

je badigeonne le liquide comme une crème de soin sur ta peau jaunie elle s’étale nonchalante sous le paréo en laissant des petits grains je badigeonne le liquide comme une crème solaire sur ta peau sous le soleil de bitume stop — peu à peu les cristaux liquides s’immiscent dans tes plis à contre-jour on dirait une doublure qui sans cesse défile blanche sous ton visage jusqu’à t’engloutir toute — l’écran il glisse sur ta peau comme un tatouage s’imprime dans le cuir sous le paréo jaunie elle s’étale nonchalante contre ton jour donne-moi le dos de ta main — peu à peu les cristaux le liquide forment une seconde peau derrière laquelle les deux yeux y font refuge seules quelques mèches de cils frémissent encore aux tressautements du métro — peu à peu je badigeonne sur ma peau grisée le film du téléphone — écran total