Portrait d'une dame, extrait

Les Poèmes et Fictions, poésie contemporaine

Portrait d'une dame, extrait

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Lundi 21 novembre 1983
17 h. 03 J'ai des ongles très longs, ça m'empêche de dormir.
20 h. 41 Si on était Rimbaud, on comprendrait.
20 h. 42 Je te vois encore mangeant des boules.
20 h. 50 Moi, je suis prête à tout dans ce domaine.
20 h. 54 Je la trouve un peu dogmatique, la dame.


Mardi 22 novembre 1983
20 h. 27 Ils mettent l'accent sur les choses qui ne sont pas importantes.
20 h. 29 Je ne suis pas plus timorée qu'il ne faut.


Jeudi 24 novembre 1983
20 h. 02 J'ai l'impression que le jeune homme apprend.


Vendredi 25 novembre 1983
12 h. 49 Tout ça pour couper une biche.
12 h. 50 La dame a une jupe extrêmement fendue.
12 h. 54 Il n'y a pas l'inventeur du hache-paille aujourd'hui.
13 h. 34 Le ciel ne me dit rien qui vaille.
13 h. 35 Une poussière sur un coq ne pose pas de problème.
19 h. 07 Je suis tombée sur un homme charmant.


Dimanche 27 novembre 1983
13 h. 16 Je te mets en garde contre les petits haricots.
13 h. 55 Plus rien de bon à bouffer.
Lundi 28 novembre 1983
20 h. 15 Trois cent soixante minutes seulement ?


Jeudi 1er décembre 1983
21 h. 19 T'as collé ta vignette ?


Vendredi 2 décembre 1983
13 h. 36 Chaque fois qu'ils m'écrivent, je réponds.
14 h. 01 Je ne sèche que par épuisement.
14 h. 10 Daniel Oster, c'est un peu le reproche qu'on peut lui faire.
14 h. 58 Un jour, tu me feras un trou, si j'ose dire.
18 h. 39 Derrière, il y avait le Zaïre. Tu te souviens, le coup du Zaïre ?
18 h. 43 C'est mortuaire au possible... Je ne peux pas te photographier... J'ai l'impression qu'il y a beaucoup d'Allemands.
19 h. 47 On se croirait dans un hôpital.
19 h. 50 Je ne sais pas comment on va être demain.
Le commentaire de sitaudis.fr À l'occasion de la publication de son livre chez Al Dante, Alain Frontier a accepté de nous en offrir un extrait choisi au hasard.