Flache d'Europe aimants garde-fous de Patrick Beurard-Valdoye par Jean-Marc Baillieu

Les Parutions

04 mars
2019

Flache d'Europe aimants garde-fous de Patrick Beurard-Valdoye par Jean-Marc Baillieu

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

           

 

320 pages pour 3 centimètres d’épaisseur et 20 de hauteur (16 de largeur), voilà le livre (de presque « une livre » de poids). Sur la couverture bistre-grège, le titre est en vert clair comme la ligne de démarcation qui sépare les deux zones de l’illustration, un dessin de Dimitri Orlac.

« Flache d’Europe aimants garde-fous est le septième volume du Cycle des exils » est-il précisé en quatrième de couverture sous les vingt-quatre lignes de l’engageant prière d’insérer (signé du poète), une sorte de vademecum. Le ton est d’emblée donné : « L’Europe penche». Rapidement apparaissent  quelques noms propres : Albrecht Dürer, Joseph Beuys, Aphrodisies, Paphos, et déjà il est question d’ « insensé », de « The Brain of Europe », de (traitement pour leur) folie, de « bargeots », de « nefs folles » (des croisés). Et si « on a localisé le clitoris de l’Europe, pas encore son cerveau », « qu’est-ce que l’Europe, vue du mur à Chypre, gentiment nommé : ligne verte ? ». Suivent d’autres noms propres : Hilda Doolittle, Denis de Rougement, Jean-Paul de Dadelsen qui « succombe d’une tumeur au cerveau ». La langue serait de la lave, préférée « refroidie, solidifiée, figée » et les arts poétiques y pourraient « Mais. » : « Parier sur l’inconnu. Inventer des narrés, avec ligatures et raccords à distance. Bousculer l’ordre causal. Modéliser l’hétérogène. Ne pas nous mener en bateau, ni céder aux vieilles lunes. Syncrétiser. Croiser les doigts. ». Ainsi : des « croisés » au « croiser » le refus de formules toutes faites, il faut/faudrait syncrétiser : mais quel syncrétisme ?  Sous l’égide d’une croix ? Plane ici peut-être l’ombre de C.-G. Jung.

Flache : « Bois flache, bois qui, n’étant pas bien équarri, est difficile à toiser » selon Littré. Est-ce le cas de l’Europe ? Mais une flache, « terme de construction » (européenne ?) est un « enfoncement dans une surface qui devrait être continue », mais déjà (Littré encore) d’autres sens s’agitent… Le titre donnera lieu à commentaires, pour le prendre, le comprendre, le questionner (« aimants garde-fous » : lesquels ?). Suivent, magnifiquement s’expansent quatre séquences en équilibre : 77 pages, 93 pages, 71 pages, 74 pages, entrecroisant deux en « vers », deux en « prose », mais l’écriture est ici uniment poétique, c’est-à-dire que sens, signe et son s’ajustent précisément. Le sens (pas facile de tout suivre), le son (résonnera selon le lecteur, plus ou moins musicien, mais il y est, et l’auteur, le poète s’attachera à le faire résonner à haute voix en public puisqu’il aime ça et y excelle), le signe c’est la disposition de l’écrit sur la page, d’où le format du livre qui met bien en valeur les spécificités des quatre séquences. Elles s’ouvrent, chacune en exergue, par une citation : Michel Foucault (Histoire de la folie à l’âge classique : trois dont une qui clôt l’ouvrage), Charles Olson (« the original unit / survives in the salt »), Antonin Artaud (« Qu’est-ce que l’homme ? / Un bâton qui marche avec un peu de chair sur lui.»), et  James Joyce (extrait de lettre). Et même (humour), pourquoi, en 1956 (quand naît P. B.-V.) : « dès qu’il est question de qualité ils veulent tous un vrai Frigidaire » (p.327)?

 « Yahvé commanda au poisson qui vomit Jonas sur le rivage » (Js 2 11) : P. Beurard-Valdoye a ici ajusté la tension de son arc (qui ainsi, selon nous, porte mieux) : s’il a « mené son enquête avec autant de minutie que de passion », « son propos relève moins de l’érudition que de la recréation », et c’est tant mieux pour la jubilation apaisée du lecteur exigeant.