La place du sujet de Florence Pazzottu. par Ronald Klapka

Les Parutions

05 août
2007

La place du sujet de Florence Pazzottu. par Ronald Klapka

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Les éditions de l'Amourier donnent avec La place du sujet (carnets du Panier) un livre où esthétique et éthique se confondent, avec les variations musicalement imagées par Florence Pazzottu et les photographies de Giney Ayme.

Plus que de chroniques d'un quartier de Marseille voué à la disparition pour cause de rénovation (il n'existe pas administrativement selon le responsable interrogé à son sujet), l'on trouvera portraits et sensations des lieux et des personnes : on y habite par l'écriture, qui fait corps avec ce qu'elle évoque (variété typographique, mise en page) et ce n'est pas rappeler une formule ressassée, mais souligner le respect de l'écrivain (comme celui d'un peintre pour la liberté du modèle) à sa juste place , tandis que les photographies de son complice pour l'occasion ne nous la jouent pas nostalgique (ni le noir et blanc ni l'argentique ne surjouent), mais à deux en poètes, ils nous restituent la vie avec ses douleurs, ses rires, ses tristesses, parfois son unheimlich.

Place du sujet, question ontologique, dont Isabelle Zribi a pu esquisser les contours dans sa présentation de « Douze poètes » aux éditions Prétexte : la rétivité à toute assignation. Naguère, Alain Badiou, faisait ressortir ce caractère dans sa préface à l'Accouchée. Mettre au monde. Tout est dit.
Dans la discrétion, c'est-à-dire la délicatesse et le discernement emblématisés par « Petite » le nom de la revue menée il y a peu encore par Florence Pazzottu et Christiane Veschambre.