Action Poétique, n° 203 par Bruno Fern

Les Parutions

12 mars
2011

Action Poétique, n° 203 par Bruno Fern

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Intitulé BlackDrop, le dernier numéro de la revue Action Poétique vaut le détour pour au moins trois raisons :

1) De Paul BlackBurn (1926-1971), poète que j'avais remarqué il y a déjà quelque temps (!) dans 20 Poètes Américains1, ici excellemment présenté par Stéphane Bouquet, trois poèmes de métro suivis de pages tirées de Journaux, le tout traduit par le susnommé, textes où la matière biographique2 est indéniablement passée à travers l'écriture, non seulement par le travail formel mais aussi par le positionnement existentiel sous-jacent, mélange de détachement et d'appétit de vivre :

peu importe, nous
avons gardé la différence à 1/4 exactement
nous ignorions la différence
gardé la colère & l'amour
équivalents . il y a une suite ? non, il n'y
a pas de suite . Lis la nécro demain matin, il n'y a
pas de suite . libération des fâmmes
elle a tout pris, Mr Hall .
Donald,
gardez la bite haute . ça ne va pas durer .

2) De Keith (1932) & Rosemarie (1935) Waldrop, eux aussi poètes américains, après un « cocktail introductif » servi par Liliane Giraudon y exposant quelques réflexions sur la traduction comme tentative de faire des miracles analogues à ceux de l'original (« Plutôt un naufrage miraculeux que rien ! », Michelle Grangaud), Flat with NO key, ici traduit Local sans clef par un quatuor marseillais (Jean-Claude Azoulay, Audrey Jenkinson, Sandra Raguenet et Jean-Jacques Viton)3, une suite de 26 poèmes écrits à partir de chacune des lettres de l'alphabet, selon un principe d'extension progressive :

B
1
Le ferry-boat sort de la brume

2
Le bateau bouge d'un royaume de coquilles
à un banc de brumes

3
Le bateau bouge des coquilles hivernales
à un banc de brume
abordant une définition binaire

4
Entre hivernales et bateau
Le banc de brume
définit une entre-scène
méandres et méprises
bordel et boucherie


3) Le texte d'Annie Zadek, Nécessaire et urgent, plus que jamais d'actualité à une époque où, comme dit l'autre, les envahisseurs venus du Sud menacent dangereusement nos trottoirs et nos racines (chrétiennes à un taux non précisé) - longue série de questions, à mi-chemin entre l'impersonnel (une enquête sociologique) et l'intime (la recherche d'une histoire familiale), d'où une retenue qui touche d'autant plus juste :

C'était en quelle année déjà ?
C'était quelle date exactement ?
Quel âge aviez-vous à l'époque ?
En rêviez-vous depuis longtemps ?
Leur en parliez-vous quelquefois ?
Le faisiez-vous avec passion ?
Avec ferveur ?
Exaltation ?
Avec angoisse ?
Appréhension ?
Disiez-vous ìGood-Bye to All That" ?
ìWie Gott in Frankreich leben"
ìHeureux comme Dieu en France" ?

Pourquoi avoir choisi la France ?



1 Traduits par M. Deguy et J. Roubaud, Gallimard, 1980.

2 « Le hasard (la maladie, la mort) explique sans doute le dernier vers (imprimé) de Blackburn mais le hasard fait bien des choses : Bigod, I must have been full of shit. / Nom de dieu, j'ai pondu de la merde à la chaîne. Entendons : non pas de la mauvaise poésie, mais de la matière, juste de la matière, ma vie. Tout dépend ensuite de comment on la raconte, cette vie. » (Stéphane Bouquet)

3Il faut préciser que Marie Borel et Françoise Valéry ont déjà donné en 2010, sous le titre « Un cas sans clef », leur traduction du même livre aux …ditions de l'Attente