Chants d'utopie de Brice Bonfanti par Michaël Moretti

Les Parutions

05 mai
2017

Chants d'utopie de Brice Bonfanti par Michaël Moretti

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 

 

Toupet de Bonfanti : l’odyssée d’utoupie

 

 

« Nous voulons modifier la matière du monde » Chant XIII, Debôrâh, Qui devine un bien meilleur, devient bien meilleur, Israël, p. 139.

L’ « œuvrier » et rousseauiste Bonfanti1 offre une première œuvre séminale et capitale – cela rime - riche : Chants d’utopie. Dans le cadre d’un patient et long travail initié depuis le début du millénaire à Milan, le premier cycle en appelle au moins un deuxième, non un second. Imprégnés de littérature2 (hétérogénéité fluide : chants, genre épistolaire3, essai à la Montaigne4, vers5, théâtre6, chanson7, etc.), de nombreuses références politiques8, de philosophie (concepts, comme œuvrier, poïésophème de Dante, Commun-e-s, rené, idiopinion pour doxa, moyeu, asymptote, alors qu’ « Un peintre abstrait se concrète »9), de religion10 et de sciences11, les chants de l’indisciplinaire, dont les numéros ne se suivent logiquement pas puisque l’ordre est chamboulé, ne sont pas chiants.

L’apostrophe du titre se réfère à l’omniprésente ‘pataphysique d’une langue-protée ouvrant l’horizon d’évènements : sous le patronage de Jarry, les jeux de mots12 et néologismes13, jamais gratuits, potaches parfois14, à la Brisset, compris dans un dispositif rousselien, où la langue hoquète avec chiasmes, effet d’accumulations, de listes15, force et réjouissantes répétitions tendant vers la variation - où l’univers est enserré façon Stein, et d’acrobaties zutiques lorgnant vers l’art brut16, où la profondeur est omniprésente17, permettent à lalalangue, frisant souvent la poésie sonore, de chanter de façon oblique18 et de conserver toute sa fraîcheur et pertinence dans un cadre bien établi. Le souffle épique emprunte un respire19, tout en spirales comme un serpent symbole d’éternité, laissant songer aux psaumes de la Bible20 où le pneuma se libère tout comme l’humain de ses chaînes. La lecture, psalmodiée, devient parlée-chantée21.

Sur invitation du voyant, prenons le colimaçon. Issu de la nuit (Laylâ) féconde sur les braises des révoltes millénaires, de la révolution centenaire et des luttes récentes, l’hominidé22 sort de la récurrente sylv-ill-e (sylvillisé), métaphore tant dantesque que rousseauiste23, devient humain dans l’athanor de la beauté24, et, avers/revers, de l’indissociable violence à la Lautréamont inspirant le so sade Guyotat25. Les spires vous emportent en une rythmique soutenue et inexorable alors que les deux points, comme une guillotine à la Arno Schmidt, saccadent le cours en un point exact26 : de la prose combat. Ancré dans une histoire mondiale au long cours où s’articulent en je-nous personne-symbole libératrice et collectif révolté en u-topos ou non-lieux du non devenant un autre oui sans être oui-oui27, Bonfanti atteint sans peine l’universel grâce au passage insensible du muthos au logos : « Le mythe lui est véridique, dit le vrai, il dit vrai et il est vérifié, est fait vrai, et il ne dit que les faits vrais »28. La mise en garde critique est partout présente : « Et la foule, affolée par le gouvernement gouverné par la foule, dénaturait le mot commun en mot banal »29.

*

Une nouvelle voix forte et singulière est entrée en poésie. Tous les âges sont concernés mais je vois bien des adulescents en faire leur bréviaire (praxispoiesis est création), tant grandes sont les incandescences, pour repenser notre monde à l’aune de la colère qui gronde. De Rêvolutions du compositeur sétois Céleste Boursier-Mougenot30 à L’esprit français Contre-cultures 1969-198931, les signes ne trompent pas tant ils convergent. Bonfanti, en plongeant des racines jusqu’aux sommets des mangroves, a su capter l’esprit du temps, le scandalisme. Bonfanti deviendra un classique, c’est écrit.

 

1 Bonfanti, Brice ; Burel, Ludovic (Codir.). Avatars de Rousseau. Villeurbanne : It Editions, 2015, 238 p. J’ajoute que l’œuvre de Jean-Jacques est dominée par la figure du cercle, pas seulement dans les Rêveries du promeneur solitaire, préfigurant, à l’aide des schémas d’Alexis Philonenko et de Jean-François Mattei, l’universel kantien et l’universel concret hégélien. Si la figure du cercle ici domine partout, telle dans la Divine comédie de Dante, il ne faut point négliger le rapport entre centre (moyeu) et circonférence (excentricité). Le cercle devient également « cercle-fenêtre » p. 171.

2  La Fontaine par exemple avec « milliards de détails grenouillards dilatés comme bœuf », Chant XIV, Voltairine de Cleyre, Des fenêtres des portes des ponts des jardins, Etats-Unis d’Amérique, III, p. 99 là où la bibliothèque apposera son administratif estampillage.

3 p. 35 sous forme de graffiti long, p. 103-104.

4 L’universelle librairie et ses sentences (Essais, III, 3) : les épigraphes de chaque chant, à part le chant V consacré à Dante, sont traduites par des amis de l’auteur puis retravaillées par Brice Bonfanti dans l’esprit du texte d’origine, un peu, toute proportion gardée, comme la Bible de Bayard coordonnée par Boyer (philologues, théologiens/écrivains).

5 De la Bible à Ainsi parlait Zarathoustra de Nietzsche en passant par Homère, Hésiode, Virgile, Dante, le communard Rimbaud, les zaoum, Essenine et Artaud notamment.

6 Monologues, intérieurs ou non (p. 28, p. 31, p. 34, p. 41-44, p. 56, p. 73-81, etc.) ; dialogues (p. 38, p. 41, p. 161-165, etc.) en diffractés, avec son double parfois, dans le dernier chant où sont invoqués « les éveillés et levés, verticaux libres vers l’équilibre », p. 164.

7 p. 40, p. 66, p. 92

8 Platon, More, Spinoza, qui contrairement à ce qu’écrit Pouy, « n’encule pas Hegel », Rousseau, Condorcet, Kant, G.W.F., Nietzsche, Bakounine, Fourier, Marx, le Lamartine de 1848, Nancy, Rancière et tant d’autres et tant d’autres more and more.

9 Chant XVI, Antônio Conselheiro, Au désert dans le rêve commun d’une mer, Brésil, X, p. 90.

10 Mélange du catholicisme chez Dante et le bouddhisme, souvenir du Grand Jeu volet ésotérisme puisque Bonfanti travailla à l’Imec sur le fonds André Rolland de Renéville (1903-1962), Chant V, Mon enfant à nous tous, III, p. 55-56 ; Chant XIII, Debôrâh, ibid., Israël ; Chant XV, Synclétique, Egypte, composé lors d’une retraite dans les contrées de Saint François d’Assise, l’Ombrie.

11 Biologie (Félix d'Hérelle, biologiste franco-canadien spécialisé en microbiologie et bactériologie), physique (optique avec les microscopes du hollandais Antoni van Leeuwenhoek, biologiste cellulaire et microbiologiste) dans les publications à venir si nous explorons La Revue des Archers, Sarrazine, Recours au poème, Phœnix. Cahiers littéraires internationaux, Nunc ainsi que le site www.bricebonfanti.com.

12 « avoir commis un vol d’oiseau », p. 13 ; « d’ère rance en ère rance », p. 15 ; « le rez de sa chaussée », p. 30, « Doté du bât, Pedro était bâté comme une bête », p. 67 ; « villes, vos viles vies d’envies, dans la vile ville vide », p. 80 ; « boussola les sans-boussole qui cherchaient le double sol », p. 133 laissant songer au « En Ecosse des gosses écossent » (Que n’ai-je, Bashung/Fauque, Chatterton, 1994). Ceci sans fumisterie lacanienne (pléonasme) alors que la langue de Prigent exsude par trop la psychanalyse; Lacan-dira-t-on aspirait à être un orateur politique ou comment dominer les gens en les manipulant et les tromper par la parole.

13 « se messervaient », p. 18 ; « malentendrons », p. 21 ; « cogénérons », p. 22 ; « achrésique », « acalique » p. 28, « souvie » p. 28, 30, p. 95, « surrection », p. 33, « Cœliaque nuit », p. 34, « tonicardiaque », p. 42, « philiatique et agapique », « conjouissent », « Gnomédiathèque », p. 49, « angélocratie », p. 50, « aqueducoformée », p. 54, « défonderait », p. 56, « luce », p. 59, « plérophorie », p. 60, « torticoleux », p. 67, « obstaculaire », p.71, « organismerons », p. 74, « dépolitique », p. 82, « permane », p. 86, « mégénéré », p. 95, « chrestocalique », p. 101-102, « vivifère », p. 139, « tectoniquent », p. 170, etc. laissant songer, par la langue excentrée voire excentrique, à la créativité francophone des Caraïbes comme, par exemple, chez l’haïtien Frankétienne et sa spirale infinie (L'oiseau schizophone : spirale. Paris : J.-M. Place, 1998. 812 p.).

14  « Son enfantaîné est né », p. 51; « Ah ça suffit hein la soufie ! », p. 165 ; cf. le fanzine potache Fangeannnce.

15 Les mots, hors paroles gelées ne sont pas au frigo : François Rabelais, dont il est héritier, et Valère Novarina même si Bonfanti le découvrit il y a peu en Avignon lors d’un Festival.

16 Dédicace finale : « aux simples d’esprit ». Cf. p. 40. « Et celui qui le dit, il est celui qui est, car c’est celui qui est qui dit […] Le mot commun est un mot simple, il est simple comme un, comme un bon, comme un bon jour, simple comme un, bon jour simple comme un » Chant XIV, ibid., VII, p. 108 ; « C’est tant pis ! c’est tant pis ! tant pis pour les faits / C’est tant pis ! c’est tant pis ! pis pour le effets », p. 66.

Cf. Blavier, André. Les fous littéraires. [Paris] : Éd. des Cendres, 2000. 1147 p.; Queneau, Raymond. Les fous littéraires français du XIXe siècle : aux confins des ténèbres. Edition présentée et annotée par Madeleine Velguth. Paris : Gallimard, 2002. Les Cahiers de la NRF. 431 p. ; Halle Saint-Pierre ; Musée international d'art naïf Anatole Jakovsky. Ecriture en délire. Collection de l'art brut. Lausanne : Collection de l'Art Brut ; Milan : 5 continents Éditions, 2004. 127 p.; Dansel, Michel. Les excentriques. Paris : R. Laffont, 2012. Bouquins. 826 p.

17 Un mot fait de silence, Chant XV, ibid., p. 158.

18 Si l’oblique se positionne par rapport à la transcendance de la Poésie verticale de Roberto Juarroz, c’est aussi une référence à la technique de création « Stratégie oblique », un Grand Jeu de cartes permettant de casser les habitudes des musiciens qui échangeaient également leurs instruments, de Brian Eno, venu de Roxy music et inspiré tant par Satie/Cage que par le cut-up de Burroughs/Gysin puis fold-in et permutations (cf. Blackout sur Heroes, Berlin, 1977 ; le verbasizer, un logiciel développé spécialement pour Bowie, à l’instar de Ian Sommerville (1940-1976) devenu « conseiller système » en tant qu’électronicien, programmateur informatique d’un générateur de séquences aléatoires et amant de Bill, dans les années 90, générant des phrases aléatoires où Bowie piochait au hasard dans 5 colonnes lors de ses concerts) avec l’aide de l’artiste Peter Schmidt, au service de David Bowie (Low, 1977, titre provisoire New music : night and day, au sein de la trilogie dite berlinoise bien que l’album cité fut enregistré au studio vers Pontoise près de Paris créé par Michel Magne, le château d’Hérouville, selon la méthode fondée sur des rythmiques jetées sur bande à la hâte, avec beaucoup de temps consacré à l'enrichissement du son et des prises de voix rapides; 1. Outside, 1995 avec l’ultime avatar Nathan Nadler pour le dernier concept-album).

19  « l’air est froid, au dehors, mais l’inspir le conduit jusqu’aux poumons calorifères, au chaud du corps, d’où l’expir reconduit, au dehors, l’air chaud » Chant XV, Synclétique, Ramener l’asymptote espérant le bien mieux au milieu de l’abscisse ordonnée par le pire, Egypte, VI, p. 152 ; p. 156-157.

20 Chant XIII, Debôrâh, Qui devine un bien meilleur, devient bien meilleur, Israël ; Juges, V, 4-5.

21 Les éprouvettes et Galerie Alter-Art, Grenoble, ville où officia Bonfanti en charge du fonds Stendhal, qui mit en épigraphe du Rouge et le noir la phrase de Danton qui pourrait résumer Chants d’utopie : « La vérité, l’âpre vérité » préfigurant l’aphorisme 169 des Feuillets d’Hypnos de René Char ; salle Olivier Messiaen / Musiciens du Louvre ; Villa Médicis, Rome ; Université Galatasaray, Istanbul ; Giboulé&s, Caluire. Cf. https://www.youtube.com/channel/UCmZj7zBDb-OAGST0z0msZSg/feed

22 Répétitions des « temps arriérés, des animaux hominidés » en début de chant (XI, p. 13 ; XIV, p. 95 ; XIII, p. 131) dans chacun des 3 livres.

23 « Au milieu du chemin d’une syville », p. 49 se référant évidemment au célèbre « Nel mezzo del cammin di nostra vita / mi ritrovai per una selva oscura, / ché la diritta via era smarrita.» (Dante Alighieri, La Divina Commedia, Inferno, Canto 1).

Le normatif, au sens sociologique, état de nature chez Rousseau.

24 Kalos kagathos, tant l’ésotérisme est ici présent, foi de Guénon où le Grand Jeu n’est pas très loin ; p. 36-37, figure du cône et du sablier Chant V, Dante, ibid.

25 « coupure des paupières, les ongles arrachés, et la bouche agrandie au couteau, et le crâne écrasé à l’étau, les testicules enroulés entre les cordes de guitare puis coupés, la peau brûlée au chalumeau […] Chant XIV, ibid., V, p. 103 ; Chant XV, Synclétique, ibid., I-IV, p. 143-149.

26 focus dit-on [au jour d’]aujourd’hui.

27 Analyse spectrale de l’Oxydant avec l’Europe dont la France, de Mandrin (Chant à venir) à Nuit debout avec l’épigraphe du Chant XVIIII, Laylâ (la nuit) (debout) Nous sommes ce que nous ne sommes pas encore Syrie-France, p. 26 et le zine de Poésie debout Paris avec Eligert, Bertina, Alféri, Bérard et alii, la Grèce antique et moderne, le Saint Empire romain germanique de Gutenberg pour l’auteur, ancien conservateur de bibliothèque, (cf. p. 52) où la poésie visuelle, fondée sur la fluidité du caractère mobile, pointe à l’aide des typographies Vinne de G. F. Schoeder (1890), Bodoni BE et mistral de R. Excoffon (1953) – précisions pour Jacques Barbaut, en jouant sur l’écrit noir sur blanc de la page interrogée; l’Italie cardinale de Dante, l’Espagne, la Hollande, la Pologne – pays le plus envahi d’Europe ; la Turquie d’Elie Shafak ; la Russie d’Essenine; l’Amérique latine avec l’Argentine, le tropisme brésilien avec Conselheiro; le pays sans nom dit Etats-Unis d’Amérique avec Voltairine de Cleyre, Israël avec la Blondie Debbie hardie, etc.

28 p.65. Attention au mythe errant puisque cyclique est le cours !

29 Chant XIV, ibid., VII, p. 108-109.

30 Pièce inspirée des théories du botaniste Francis Hallé, au Pavillon français de la Biennale de Venise 2015 (« All the World's Futures » par le curateur américano-nigérian Okwui Enwezor) où les pins sylvestres se meuvent sur roulettes dans leur motte de terre, grâce à l’émission de leur propre énergie à bas voltage ou courant différentiel à basse tension, et émettent des sons. La révolution est alors retour aux origines, au point de départ, conformément au sens premier emprunté à l’astronomie (macrocosme/microcosme).

31 Guillaume Désanges et François Piron (Sous la dir.). La Maison rouge - Fondation Antoine de Galbert. Contre-cultures, 1969-1989 : l'esprit français : [exposition, Paris, La maison rouge, 24 février-21 mai 2017]. Avant-propos Antoine de Galbert. Paris : La Découverte ; La maison rouge, 2017. 319 p. A noter un texte de Nathalie Quintane, auteur-e entre autres du brûlot Que faire des classes moyennes ? Paris : POL, 2016. 112 p. dans le catalogue : « Au bonheur des scélérats : poésie et presse libre des années 1971-1980 en province », p. 294-305, avec mention de Geranonymo puis de Doc(k)s de Blaine, actuellement dirigé par Castellin (cf. Castellin, Philippe. Doc(k)s, mode d'emploi : histoire, formes et sens des poésies expérimentales au XXe siècle. Romainville : Al Dante, 2002. Collection &. Texte remanié de : Thèse de doctorat : Littérature comparée : Paris 4 : 1997. Sous la direction de Georges Molinié. 495 p.), de Moue de veau du beat-jardin ouvrier des Hauts-de-France Lucien Suel, œuvrant également au recueil d’hétéronymes délirants avec son acolyte picard Ch’Vavar (Cadavre grand m’a raconté La poésie des fous et des crétins dans le Nord et la Picardie. [textes choisis et présentés par] Abbé Henri Lepécuchel, Ivar Ch'Vavar, Alix Tassememouille ; avec la collaboration de Lucien Suel. Amiens : L’Invention de la Picardie, 1987 ; réédition 2016 au Corridor Bleu), de Quetton de Rocking Yaset et enfin de Pey en passant par Banana Split de Giraudon-Viton), l’ultime exposition de la Maison rouge-Fondation Antoine de Galbert.