LE DÉSIR LIBERTAIRE (coll.), par A. K. El Janabi par Jean-Marc Baillieu

Les Parutions

25 mai
2019

LE DÉSIR LIBERTAIRE (coll.), par A. K. El Janabi par Jean-Marc Baillieu

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 

ARABE  ET  SURRÉALISTE  

 

Avant l’apparition de photocopieuses en libre-service au début des années 1980, la ronéo (marque déposée) était le mode frugal et pratique de reproduction de textes, par exemple poétiques agrafés pour faire revue. Hors imprimerie et hors contrôle, ronéoter (ou ronéotyper) allait alors de soi, dont l’effluve est madeleine pour certains. On ne s’étonne pas dès lors que fut ronéotée entre 1973 et 1975 une revue intitulée Le désir libertaire, animée par un «collectif inter-arabe » d’exilés à Paris. S’étonnera-t-on plus avant d’un ralliement au surréalisme de ce groupe, de cette revue ? Ce serait oublier que la composante « poésie & politique » affirmée aux premiers temps du surréalisme a durablement marqué les esprits, notamment en dehors de France dans des pays où la liberté avait un goût amer. Sous l’égide d’Abdul Kader El Janabi, ce volume rassemble des « manifestes personnels et positions collectives » face à la réalité arabe, des pratiques surréalistes pour libérer le langage (cadavres exquis, slogans, aphorismes), des textes, dessins et collages de Farid Lariby (1937-1990), Ghazi Younes, A. K. El Janabi (1944) poète, « gommeur » et traducteur qui a aussi dirigé la revue Arapoetica, Maroine Dib (1949), ainsi que trois textes complices d’Edouard Jaguer, Jimmy Gladiator (Mélog, Camouflage) et Pierre Peuchmaurd.  Complété par une mise en perspective historique (groupe Art et liberté– 1938/1952, Georges Henein,…) et par une « table des matières explicative de la revue », l’ouvrage est une présentation claire et précise (à l’image de l’introduction synthétique signée Marc Kober) de ce qui fut « un ensemble de brûlots rédigés dans la langue du Coran sur des thèmes dérivés de la paranoïa-critique de Salvador Dali ». Et merci à F. G.-L. !