Fiat fait de la poésie à deux balles. par Charles Pennequin

Les Incitations

11 avril
2005

Fiat fait de la poésie à deux balles. par Charles Pennequin

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
La poésie à deux balles de Fiat est une mise à plat de la fiction par le rythme. C'est une forme de respiration. C'est la respiration de quelqu'un qui oublie parfois de respirer, mais qui le sait. C'est pas grave. Il y a des gens qui passent leur vie à pas respirer. Fiat dit que le poète trouve l'immanence dans le souffle qui a oublié la respiration un instant. JE SUIS INCONTROLABLE PARCE QUE JE CONTROLE TOUT, dit le personnage Fiat dans le livre de Gotham city écrit par lui ou par Joey Explosion, qui est le super-méchant méconnu par la philosophie de tous les comics de l'époque. C'est une nouvelle épopée comics de la poésie contemporaine. Comique, Fiat l'est, comic's et politic's :

Rien n'est esthétique ici. Tout est utilitaire. Tout sert à quelque chose. Tout est prévu et tout a une fonction sociale. Si tant est qu'on en sorte en riant.

Fiat n'arrête pas de s'expliquer dans le livre Epopée, une aventure de Batman publié chez Al Dante. C'est son explication personnelle avec le monde. Sa conversation. Son chant tout personnel non répertorié. La performance pour lui est une forme d'écriture, une écriture finie et dévoilée au public. Chez Fiat il y a le constant besoin de finition, l'idée du travail bien fait. Même si l'idée de nullité est à l'œuvre, elle est ici insistante, calculée jusqu'à ses moindres effets, telle cette voix en écho dans un dernier vers, ainsi que dans la guitares aux accords qui n'en sont pas. Le poème épique est plus qu'un son, c'est une manœuvre, une tactique pour supplanter encore une fois les fictions habituelles. Fiat se défend d'être un poète sonore (cependant il reprend pour lui les thèses d'Heidsieck de poésie action), parce qu'il prétend travailler le son pour le son. Christophe Fiat utilise la poésie mais non à des fins poétiques, il utilise les technique de la poésie pour nous raconter des histoires (tout comme il utilise le langage philosophique, ou médiatique). Est-ce que l'aventure Fiat va nous pousser à lire des histoires à dormir debout ?

CETTE VOIX INTERIEURE ... NOUS TIENT EN SOMNOLENCE POUR NOUS DONNER L'ILLUSION QUE LA LECTURE EST UNE PRATIQUE ACTIVE.

Fiat dit encore qu'il n'existe pas de moi réel en dehors des machines, parce qu'il est impossible d'avancer sur le terrain de la vie sans réintroduire le Je par les monstres que sont les supers-héros, c'est-à-dire sans machiner la parole.






Christophe,



en fait on ne se comprend pas, toi tu dis : il ne faut pas d'accroc, et moi je dis : je ne suis qu'accroc. Je me rentre en dedans, je me prends le colbac et je crie séparez-moi!, et toi tu es le séparé modèle, tu es ton propre mode de fonctionnement, tu brevètes tes machines. Et moi je continue à faire le singe. C'est ça qui ne va pas, c'est qu'on est à chacun des bouts de la chaîne, chacun son bout d'histoire, le début et la fin se rejoignent, mais on ne peut rien en faire de ce joint-là, on peut rien échanger, on ne peut que constater que toi tu machines la vie dans la machine, et moi dans ma peau de singe.