Sur Pierre Michon de Jean-Claude Pinson par Pierre Vinclair

Les Parutions

04 mars
2020

Sur Pierre Michon de Jean-Claude Pinson par Pierre Vinclair

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Sur Pierre Michon de Jean-Claude Pinson

En relisant récemment les Vies minuscules, j’ai été frappé, notamment dans la « Vie de Georges Bandy », par la façon dont Pierre Michon se met en scène, aspirant écrivain velléitaire, ambitieux mais impuissant, paralysé par une théologie de la littérature (dont on peut sans doute attribuer l’origine au Romantisme allemand) qui fait — plus profondément que le hasard des rencontres — le cœur du parallèle avec l’abbé dont traite le chapitre : dans le monde abandonné par un Dieu, c’est à la constitution d’une œuvre littéraire que l’individu pourrait valoir son salut. À suivre la logique (proustienne ?) des Vies minuscules, qui se présente comme le parcours — jalonné par des figures plus ou moins familières — de son auteur jusqu’à ce qu’il soit enfin capable d’écrire le livre qui raconte ce parcours même, il semble que Pierre Michon ait dû abandonner cette théologie paralysante de l’œuvre, pour pouvoir enfin parvenir à écrire — et en condamner l'absurdité. Pourtant, par un paradoxe lui aussi proustien (l’œuvre est l’objet du plus haut fétichisme des « célibataires de l’art » dont elle est pourtant la ferme condamnation), on se rapporte de plus en plus au travail de Pierre Michon comme à une Œuvre presque sacrée : comme si la lucidité imparable de la « Vie de Georges Bandy » n’avait été que vaine coquetterie.

Dans Sur Pierre Michon. Trois chemins dans l’œuvre, Jean-Claude Pinson propose une perspective philosophique sur l’œuvre de Michon qui a, entre autres, le grand mérite de préférer l’objectivité analytique aux superlatifs de la critique célibataire : « Me penchant sur l’œuvre de Pierre Michon, je me suis efforcé, autant que faire se peut, de tenir à l’écart les raisons personnelles et préférences subjectives (au plan littéraire) qui font que j’ai pour cette œuvre une affection toute particulière. » (p. 15). Et il est vrai que les trois chemins (et demi) tracés par Jean-Claude Pinson ont le grand mérite d’être problématiques, et non hagiographiques : il s’agit toujours de mettre en relief une difficulté conceptuelle (relative au sacré, à l’amour, à la phrase), pour voir comment les livres de Pierre Michon s’y logent, l’exploitent, ou y trouvent forme de solution. 

Or, l’intérêt de cette méthode (philosophique) est notamment qu’elle aboutit à confronter l’auteur des Vies minuscules à des œuvres qui travaillent des problèmes similaires, sans être celles qui viennent immédiatement à l’idée quand on pense à Michon : car ici, Pinson parle moins de Rimbaud, Proust, ou Faulkner que de Bataille, Artaud ou Barthes (et même de Prigent). C’est dire aussi qu’il s’agit non seulement d’un livre SUR Michon, mais bien d’un livre DE Pinson : car en plus de sa connaissance très précise du corpus michonnien, c’est un ensemble de questionnements, de perspectives et de concepts siens que Pinson fait ici travailler. De même que sur Proust, il y a d’une part des livres de zélotes, et d’autre part les livres de Deleuze, Descombes ou Macherey — ces derniers étant non seulement les plus intéressants mais aussi, paradoxalement les plus fidèles : car ils font travailler leur objet au lieu de lui rendre hommage. Deleuze l'avait théorisé, c’est en lui faisant « des enfants dans le dos » (pour reprendre son expression) qu’un critique montre la fécondité de son objet d’étude. Pinson vient de publier un petit recueil de triplés.

Retour à la liste des Parutions de sitaudis