Carnet de santé de Jacques Barbaut par Bruno Fern

Les Parutions

21 janv.
2014

Carnet de santé de Jacques Barbaut par Bruno Fern

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 

 

 

 

 

C’est un drolatique Carnet de santé que présente l’écrivain dénommé Jacques Barbaut[1] dont on pouvait aisément supposer, étant donné ses antécédents, qu’il échappait au Sérieux qui contamine certains de ses confrères. Évidemment, d’aucuns affirmeront avec raison qu’il s’agit là d’un livre sans grande gravité – mais le lire n’est-il pas préférable au fait de risquer, en de tout autres lieux, l’overdose d’une langue exaltée jusqu’au sublime afin de nous réconcilier avec le monde ou bien la rétention de cette eau pure, à la fois âpre et ensoleillée, qu’est la poésie[2] ? C’est pourquoi la lecture de ce livret est strictement déconseillée en cas de lyrismite fadasse chronique. Voici quelques prélèvements effectués sur plus de 150 items disponibles :

 

 L’éléphantiasis ?       

                                                S’attrape dans les cirques !

Le bout des orteils glacés ?

                                                Apparu en 14 !

Le bec-de-lièvre ?

                                                Dans la viande avariée !

La phtisie galopante ?

                                                La maladie des joggeurs !

L’agoraphobie ?

                                                Disparaît dans la tisane !

Le saturnisme.

                                                Envoyé par les extraterrestres !

La chair de poule.

                                                Le bacille de Koch !

L’addiction aux opiacés ?

                                                La cocteaumanie !

 

 

 

Donc comme autant de tentatives de se soigner par le rire.

 

 



[1] Connu par ailleurs pour d’autres symptômes dont le dernier en date a déjà été dûment signalé ici :

 1960 de Jacques Barbaut par Bruno Fern, les parutions, l'actualité poétique sur Sitaudis.fr

et là :

 « 1960 », de Jacques Barbaut : Une année yé-yé-yeah ! - Politis 

[2] Exemples d’affections encore fréquentes de nos jours, hélas…