L'homme qui se souvient de sa mort d'Yves Blanlœil par Christophe Stolowicki

Les Parutions

18 janv.
2020

L'homme qui se souvient de sa mort d'Yves Blanlœil par Christophe Stolowicki

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

L’homme / qui se souvient de sa mort, annoncé comme roman et dont le titre est un distique de grand enjambement ; tous ses cahiers impeccablement encollés cousus, cet intérieur dos apparent dans le boitier qu’illustre une effondrée ziggourat de plage en béton ; titre qui évoque irrésistiblement Néron selon Tacite, assistant à ses funérailles pour gagner quelques minutes de vie ; publié par une maison à l’intitulé marginal de lecteur en colère (L’ire des marges) – se présente plutôt comme un poème.  

 

Après cette symbolique préparation d’artillerie des limbes, le ton cynique, le propos dévastateur (« tu es couché à même le sol, à égale distance de tout, et tu attends la sonnerie d’un improbable téléphone. Quelle sonnerie aura été choisie ? Pouett-pouett, Mozart synthétique, Les anges dans nos campagnes, Ainsi parlait Zarathoustra ? Quoi qu’il en soit, il faudra bien que tu te lèves un jour, pour décider de la suite à donner ») prennent par leur inculture à rebrousse-antenne. Du triptyque cynisme / lyrisme / lucidité, on redoute le tic unique.

 

La « loufoquerie poétique » que célèbre la quatrième de couverture (séduit par le titre et l’objet, j’aurais dû la lire avant de m’engager, plutôt que d’ouvrir au hasard) massacre les derniers phoques de la poésie qu’a épargnés le réchauffement climatique qu’on espère climatérique. 

 

D’Yvan Blanlœil, né en 1947, acteur, musicien, metteur en scène et réalisateur son et vidéo, ceci est le premier roman. On ne s’improvise pas écrivain, encore moins poète.     

 

 

Retour à la liste des Parutions de sitaudis