Les gestes impossibles de Pierre Vinclair par Matthieu Gosztola

Les Parutions

16 oct.
2013

Les gestes impossibles de Pierre Vinclair par Matthieu Gosztola

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

« elle danse     la mort »      nous       nous sommes    morts          « NOUS SOMMES MORTS »           faire parler           nous            faire parler         « nous »      les morts            Pierre Vinclair s’y emploie         en autant             de gestes impossibles      qui sont             les gestes du langage              gestes impossibles vécus        comme tels          mais pour qu’apparaisse            l’humaine condition       sous la trame       de la parole tissée,      soufflée,           sculptée                 en soulevant     l’esquisse de tremblement            gestes impossibles              vécus pleinement                pour que soient présentifiés      les morts            sur la page            les morts         de toutes les époques            – « nous »      de toutes les époques –         qui nourrissent     en vent    le vent              gestes impossibles           rendus à leur nécessité          pour que soit rendu          de manière singulière         c’est à dire signifiante               c’est à dire      impersonnelle       – par visions     successives         [le grand tableau         des visions anonymes       où le « je »       se transmue    en « nous »] –       le réel               « L’écrivain       […]          se propose          en effet         de donner à voir               de manière singulière              un réel              auquel on n’a jamais accès               que par des catégories conventionnelles,          et ceci par un usage       pertinent          de signes arbitraires.               Autrement dit,         user des mots          pour dépasser les mots,              retourner les mots contre eux-mêmes,            « écrire pour ôter les noms »,           comme disait Proust.        Or,     cette poétique de la vision,          qui enjoint    à l'art        de nous montrer      ce que      l’usage commun des catégories         nous cache,          ne relève pas     d’une métaphysique    romantique,         qui voudrait par exemple         comme celle de Jacobi         rendre possible         une intuition des choses      en soi :        elle a bien     pris acte,       en effet,        que nous n'aurons         pas d’expérience     extra-grammaticale          du réel.            Et celui qui s’essaie        aux contraintes    ne s’abstrait pas         de la grammaire :         il en rajoute.        Il      la travaille,        la tord,          ou mieux l’incline,        pour   faire émerger,       dans le texte,         au cœur du texte,       cette voix        ou cette vision         qui déplace les usages communs.       Au lieu      de le raccrocher     à un genre,      les contraintes      le singularisent    donc      à mesure     de leur rareté        – et cette singularisation     est bien impersonnelle,        puisque le poète       n’aura pas pensé       ce qu’il écrit      avant de l’écrire         – c’est l’acte d’écriture          qui crée de la pensée » (« Le Chamane       et les phénomènes »)              dans ce recueil          Pierre Vinclair       met en acte           ces assertions            mettant       logiquement          son pas            dans la neige           dans celui      de   Mallarmé          car écrivant       « LES FLEURS      S’ENVOLERONT.        les couleurs / s’échangeront          contre un écho. / (manteau        que neige froisse.) // on entendra        dedans        battre le cœur / de –      c’est tout.            quelque chose       sera. / de la      langue // qui       caresse        la peau, / dans       ta bouche – / je suis       ce rat,      écoute »      ce qui est             le nœud           du     livre          il écrit /    réécrit        ceci            « […] À quoi bon       la merveille        de transposer       un fait de nature          en sa presque disparition   vibratoire             selon le jeu de la parole,        cependant,         si ce n’est        pour qu’en émane,         sans la gêne  d’un proche   ou concret  rappel,          la notion pure ?           Je dis :         une fleur !       et,       hors de l’oubli          où ma voix relègue    aucun contour,            en tant que quelque chose    d’autre         que les calices sus,         musicalement se lève,          idée même et suave,     l’absente     de tous bouquets » (Avant-dire au "Traité du verbe" de René Ghil, 1886)