Vie & opinions de Gottfried Gröll de Christophe Manon par Christophe Stolowicki

Les Parutions

12 janv.
2018

Vie & opinions de Gottfried Gröll de Christophe Manon par Christophe Stolowicki

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 

 

Gröll et Manon l’homme & son double quand c’est commode se dédouble et quand fâcheux fait feu de bois d’homme de paille. Gottfried Gröll de ses grelots décape le gras que font du dos en ville les infirmes de l’intellect. À force de « pile poil » piler net il empile & face et nous en colle un gramme. Scato proto et palmipède au demeurant, célibataire suri sous le harnais (il s’est marié entretemps). Ubu imbu à pralines cul sec, plus pataquès que pataphysicien en appesantissements fertiles. À rebrousse-syntaxe la langue détachant son cheveu, le débitant en supplice chinois. En complément d’appoint, tout en gouaille métaphysique à moyenne portée (à longue portée l’on meurt), de truisme en simplisme non de suidé ses provocations transpirant du meilleur, respirant en spires de vérité, Manon à coups de grolles, « champion international / de littérature sans rature », « flic » et « fric » conjointement conspués comme à l’exercice de style, chique un jus célinien, tournebroche la langue pour lui faire rendre son jus (célinien), pétards et pétarades désamorce dans un morse mouillé, impie esperanto de vers mâchés & remâchés d’aveugle professionnel. La mise à plat creuse de grand art. La brusquerie bute et rebute de but en blanc & noir. Le borborygme a sur l’eau de vaisselle l’avantage comme un faisselle d’exfiltrer du poème, une violence sourd, mute & transmute. Une poésie coupe-circuit cuit à l’ombre de ses Dardanelles ; une authentique poésie (« Rêver c’est regarder penser le sommeil extrême ») remonte de son Hellespont – à rebrousse-enseigne signe, saigne, cible.

 

Dommage qu’à coups de pompes il ait laissé filer son accent allemand à tailler à la serpe, tout en insolences ontologiques, touchant juste au cœur de langue le plus savoureux. Un franco-allemand rédimant le franglais, l’allemand d’avant que les nazis ne l’esquintent. Nietzsche ressuscité, à phrases brèves contractant le suspens teuton, de tout l’humour dont il est dépourvu raclant, réparant le cuistre Heidegger. « Les lettres ne font que chiffrer / les degrés de hiérarchie de l’être / mais ce n’est pas toujours très réciproque. » L’approximatif de sa pointe sèche.

 

De pagination discrète, un très beau livre tout en blanc sur noir broyant du blanc ponctué de noir.