Des je (prononcé yeux) de Louis Zukofsky par René Noël

Les Parutions

26 oct.
2019

Des je (prononcé yeux) de Louis Zukofsky par René Noël

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 

L'héritage-création

 

 

 

       "  première vision / de sept chevaux / palominos / queues blanches / sorties de leurs corps / crème / balayant / le sol "  (p. 17) (À sept ans, il faisait des romans, sur la vie / Du grand, où luit la Liberté ravie / Forêt, soleils, rives, savanes ! ", Les poètes de sept ans, Arthur Rimbaud) Louis Zukofsky  observe ces images de la liberté, des cavales qui l'emportent tôt, présentes dans " A " et nombre d'autres poèmes à l'attention de Robert Duncan & Cie qui découvrent ses poèmes et ses essais dans les années soixante du vingtième siècle. " Hommage " " loin / hors du monde         sont les / vieux -     tant / le / neuf seul /  jeunes         corps / pas / doués de / maux de dos        montre / le neuf / seul. "(p. 8). Zukofsky, heureux sans doute de se voir lu, lit dans cette reconnaissance de ces jeunes pousses l'occasion une nouvelle fois de vérifier avec d'autres yeux les lois inécrites propres à imager, à inventer les clefs d'harmonie où l'Histoire, les vies intransitives et l'éternité créent les rapports du continu et du discontinu, les conditions de transmissions des mémoires, des créations afin de vérifier si et comment elles examinent et vivifient les formes d'hier aux confins de l'immémorial et des mythes.

 

          Si la mesure plonge dans l'histoire des multitudes, " aller mes vingt ans si les autres vont vingt ans "  - Une saison en enfer, Rimbaud - et si le sens du monde va selon l'étendue imprévisible et accidentée, " la rationalité politique se décline toujours au pluriel, elle est l'expression du multiple " - Baruch Spinoza, l'une des figures tutélaires avec Karl Marx de Zukofsky né à New York de parents juifs lituaniens en dix neuf cent quatre, parlant yiddish à la maison et découvrant Shakespeare et le théâtre dans cette langue -, ces multiplicités brisent leurs conditions d'otages du ciel hautain et menaçant. L'harmonie, les glissendos d'hier expérimentent alors les lois des dissonances, les reliefs et rugosités inédits à l'image des quatuors de Ludwig von Beethoven où s'énoncent le renouveau de Johann Sebastian Bach co-créateur, inspirateur de " A " de Zukofsky, musicien longtemps oublié, et les créations d'Arnold Schönberg défenseur des traditions, les avant-gardes et les innovations après la première guerre mondiale luttant contre certains héritages des canons anciens si peu perméables à leurs évolutions qu'ils condamnent purement et simplement l'art. Les artistes écrivent depuis lors après la FIN ainsi qu'Anne-Marie Albiach, traductrice d'une partie de " A 9 ", dans État continue son poème après avoir noté ce mot, " FIN    /     aucune différence avec le projet ".

 

         L'Asie, l'orient, la Chine sont les contrepoints - puisés en partie chez son ami Ezra Pound - des méthodes de composition occidentaux par Zukofsky. Tantôt le dehors boit le sujet, d'autres fois " un mètre est une voix ", les distances, les intervalles, les réminiscences improbables nées de ces frôlements de matières séparées parfois par des millénaires éveillées autant par le poème que par la main qui l'écoute. Zukofsky interprète cet orient à la lumière de la souveraineté des singularités, des quêtes de l'un " Après tout - rien / m'intéresse / quand il est plein d'être. " où les libertés élémentaires de composer et de mêler librement les pensées abstraites et l'agir concret sont ces objectifs, ces lunettes au long cours qui convergent et luttent contre leurs négations. Loin des clichés qui prétendent que la domination par des oligarchies héréditaires est une forme naturelle que certains peuples privilégient, Zukofsky énonce d'abord des faits et écarte toutes formes d'idéologies qui masquent, font écran, empêchent les humains d'accéder aux vérités, à leurs mémoires, aux inventions fécondes de leurs devanciers.  " Ce qui ne change pas / c'est la volonté de changer ", Charles Olson (Les martins pêcheurs) lui aussi grand lecteur de Rimbaud cherche les nouvelles clefs d'harmonie. Cette recherche consciente, délibérée chez les poètes libère le désir vers l'Aléatoire indéterminé ( p. 30) là où le je et la matière alternent leurs conductions du chant.

 

        Ces deux recueils de poèmes courts écrits plus d'une décennie avant la publication et " A " et de " 80 fleurs " faits autant de signaux, de moments de vie que d'éclats de poétiques et de poèmes lyriques floraux ne dérogent pas au goût du poète pour les parataxes, les conduites du corps du poème à première vue parfois au-delà du propos alors même que la précision, la concision du but ne sont jamais démenties, l'objectivisme de Zukofsky étant une mise à la diète généreuse, originale du symbolisme, de l'expressionnisme, de l'imagisme - et du surréalisme que son ami William Carlos Williams a étudié et assimilé, a agrégé à son art de composer de la poésie et de la prose - l'œil conduisant la vision. LOI(E)... l'œil... objet dénué de paupières (Jabès / Albiach), l'œil est ce soleil (seul œil, Solal / Cohen) brûlant et froid, ouvert sur l'univers et vers la nuit du corps, établi des poètes, La lumière, comme d'une peinture l'éclairage interne, agit sur les choses et sur nous, vient des choses et vient de nous en tant que choses mais dans ce cas pour être réfutée. (Albiach / Zukofsky) quand l'œil (loi-e) abstrait est source, mental des penseurs, l'ellipse oculaire alors seconde, il y a là la distance utile et nécessaire, l'écart signifiant d'une méthode qui radicalise les singularités respectives des poètes et des philosophes, le non-identique (Adorno) exploré par les uns, poètes, musiciens, ces deux formes d'art privilégiées par Zukofsky, et les autres (Hegel, Diderot, Kant) : je suis fils du sol ... Compter les sept un ornement à ma blessure (p. 39) de Zukofsky répond à Je suis fils du soleil de Rimbaud, participe lui aussi des résistances de l'art, sept roses plus tard la source est en murmures (Cristal, Paul Celan, Pavot et mémoire).

 

         Le poème Les voies Les sillages que les navires dessinent...    /     les trajets tracés par eux dans l'eau : boucles, chemins droits, / à faire avec comme miroir, marées, les nuages le bleu jour profond des parties sans nuages du ciel, courants, sept gris ou plus sombres ombres / contre plus clairs entrelacs fuyants / de huit versatiles évanescents / ou se peuvent imaginer mires / instantanément une durée et du soleil,... décrit cette métrique, l'art de vivre, ombres des mots aussi, La Traduction (p. 44) poème qui suit muliermaternel, fil des étymologies, expérimente au plus près à partir d'un matériau commun, du dictionnaire, des passages de langue à langue, la singularité de Zukofsky, sa personne et sa poésie indissociées et transmises jusqu'à nous observant ensemble demain.