La douleur des bêtes de Jean-Yves Bory par Matthieu Gosztola

Les Parutions

20 janv.
2014

La douleur des bêtes de Jean-Yves Bory par Matthieu Gosztola

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 

 

« La vivisection, résume Jean-Yves Bory, s’est constituée au XIXe siècle en pratique professionnelle. Suscitant un véritable engouement, elle n’a cessé de se développer jusqu’à devenir un paradigme institutionnalisé en 1880 ».

En quoi consistait la vivisection au XIXe siècle ?

Réponse en poème.

 

Jean-Zulima Amussat

Jeune

Chirurgien à la faculté de

Médecine

Préconisait d’ « ouvrir

Large­ment la poitrine »

Pour l'étude de l'aorte

D’ « ouvrir largement

Le canal vertébral

Ensuite

Le crâne » pour l’étude

Des nerfs

Et non l’inverse

Car « les secousses

[De l'animal] [...] détruiraient

L’origine des nerfs »

 

Pour étudier les hémorragies

Il pratiquait de grandes

Ou petites plaies

Et observait l'état

Du sang

« Nappe rouge » striée

De noir

Nappe noire

« Mêlée de stries

Rouges »

« Bouillonnant »

« Bavant »

 

Et tentait de les

Arrêter

En compri­mant

Les vaisseaux

Avec les doigts

 

Jean Bouillaud

Pour l’étude des fonctions                

Cérébrales

Sciait le crâne

Et les hémisphères cérébraux

À des chiens

Puis plaçait

Une lame de bois

Dans la blessure

Pour arrêter

L’hémorragie

 

Pour empêcher les cris

D’un jeune animal

Il l’enferma

Dans un sac

Ce qui n’eut pour effet

Que de le tuer

 

Un autre de ses chiens

Auquel il avait enfoncé

Un fer brûlant dans

Le cerveau

Poussait des « cris

Plaintifs »

En sorte qu’il essaya

« De le faire taire

En le battant

Mais il n’en a crié

Que plus fort

Il n’a pas su comprendre

La leçon

Il [était]

Incorrigible »

 

Le lendemain

Comme « ses cris continuels

Et irrésistibles

Troublaient

La tranquillité

Des voisins »

Il le tua

 

François Magendie clouait

Directement les

Chiens

Sur la table à vivisec­tion

Par les pattes

Et les oreilles

 

Il préconisait d’utiliser des

Clous déjà

Émoussés

Pour ce faire

Car les mouvements des

Animaux

Arrachaient les clous
Trop

Effilés