26 tours de Philippe Jaffeux par François Huglo

Les Parutions

13 juin
2017

26 tours de Philippe Jaffeux par François Huglo

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 

Tous les livres tournent autour de leur axe-reliure et toute lecture est « cinétique d’un livre », mais celui-ci le sait. Philippe Jaffeux et ses lecteurs s’en amusent comme les enfants font tourner de légers moulins qu’ils tiennent au bout des doigts. « Livre-derviche », atteignant « l’équilibre d’une toupie » ? En tournant rapidement les pages, on observe la rotation du carré inscrit dans le carré de la page. En s’arrêtant sur chacune, on décompose ce mouvement, comme Duchamp celui de son nu descendant l’escalier. Le plus souvent, la fin du texte imprimé dans le carré ne correspond pas à une fin de phrase. Cet enjambement d’une page sur l’autre amorce et accompagne le geste de tourner la page, qui apparente le livre à la bobine d’un film et nous détourne d’une « lecture quadrillée ». Silence, on tourne ! Le lecteur joue le projectionniste. En ce jeu, « l’expérience d’une forme dialogue avec son risque fondamental », où un « dépassement de votre écriture » passe par une image qui « s’écarte de vos lettres pour assimiler une pirouette ». Bon ou mauvais tour joué par un garnement, tour réussi par le prestidigitateur, tour de main et tour à sa façon, provoquent un basculement à la fois joyeux et dangereux : « ma vue existe dans la liberté d’un chaos universel ». Affronter son danger en dansant relève du funambulisme : « suspendons notre joie au-dessus d’un vide disponible ».

Ainsi s’accomplit une révolution : progressivement, la rotation du livre amène le bas en haut, puis le haut en bas : retour au point de départ. Le sens n’est pas celui des aiguilles d’une montre. En même temps que la « croyance en l’écriture » subit une « torsion », « un espace inquiétant se mélange aux battements d’une horloge ». Le tour n’est pas joué mécaniquement, par des rouages, mais numériquement : « tes octets invisibles configurent la réalité d’une farce irréelle », et « un naufrage des lettres convertit ton livre en nombre lisible ». Conversion inverse : « un livre tournant éclipse l’écran de ton ordinateur pétrifié ». Convertir, c’est retourner : « crise mystique », mais « pour rire de l’alphabet ».

Fulgurance d’une « émotion mathématique » et « cosmique », délire, ivresse et « transes d’une forme » : Philippe Jaffeux fixe un « vertige », mais c’est surtout au Rimbaud d’âge d’or que la référence s’impose : « Reconnais ce tour / Si gai, si facile : / Ce n’est qu’onde, flore / Et c’est ta famille ». Derviche, le livre devient corolle.