à l'approche de Guillaume Decourt par Jacques Barbaut

Les Parutions

11 févr.
2015

à l'approche de Guillaume Decourt par Jacques Barbaut

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Accompagné de quatre dessins sauvages — non peignés — de Nathalie Reuter, cet assemblage de deux (« Pittoresques » et « La Termitière * ») qui forme cet à lapproche (ensemble de poèmes en prose et en vers), manipule comme en se riant les formes poétiques classiques, propose des incursions dans l’univers des chasseurs-cueilleurs, évoque les arts dits « premiers », entre fétiches et totems, épousent rythmes naïfs et refrains niais, saute les frontières, passe de Grèce en brousse, confronte les us et les coutumes, pratique une belle insouciance (trop policée pour être désinvolte) et enjambe les convenances :

 

 

Pense à Vouliagmeni

A ébats sur le lit

A Vicky qui hennit

A vie qui est jolie

 

Ya bon la baise

Ya bon la baise avec toi

 

« Chanson primitive »

 

   Entrechocs brutaux ou cocasses entre la bouse du bétail utilisée comme combustible, l’urine de génisse et le sang caillé comme crème du visage — pratiques d’une ethnie des plateaux africains — et le shampoing antipelliculaire de Schwarzkopf ou Garnier de nos salles de bains propres et parfumées.

 

Aussi : fantaisies langagières, quasi-préciosité du vocabulaire et micro-contes à la Michaux.

 

   Mais est-ce que ce qui nous retient d’abord ce sont les « quelques notations hardiment putassières » (dixit Alain Frontier, naguère…)

« Le satyre a toujours eu maille à partir avec les muses, et lon en retrouve lostentation souriante dans cette poésie », note dans la préface Guillaume Métayer —

 

… de cet hétéroclite recueil ?

 

Tu seras ma cochonne ma femme suidée

Et je savourerai boursouflé sous la couette

Tes pipes en écume lubriques et bien taillées

En rechignant flemmard à te prendre en levrette

 

Mais la salope outrée me traite de poète

 

« Le bestiaire »

 

 

 

* Celui-ci publié dans une première version aux Editions Gros Textes (coll. « Polder »), en 2011.