/d'un éclair/ de Daniel Pozner par Jean-Paul Gavard-Perret

Les Parutions

18 avril
2014

/d'un éclair/ de Daniel Pozner par Jean-Paul Gavard-Perret

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 

Pour permettre au discours de se poursuivre il faut parfois l’abréger. Surtout lorsque tout est dit et qu’il semble déjà bien tard  :  « Il aurait fallu faire court, mais nous étions loin, déjà, j’aurais préféré, il fallait ronger au hasard, les yeux fermés, diminuer, d’un récit faire une sorte de. Bah. À la ligne. » écrit Pozner. Et il ne s’en prive pas. D’un éclair il donne beaucoup plus que la trace de son passage : il ajuste en fragments ses zigzags.

Leur « fond » lui-même n’est qu’une surface aussi étrange que familière. Quand à ce que l’auteur nomme « le ton » de son écriture il est aussi discret que tranchant puisqu’il s’enveloppe de ce qui ne cesse de trancher le discours. On retrouve ici les jeux de langue chers à l’auteur. Ils s’affirment par le souffle, sa coupure, son rythme cassé. La plénitude de l’idéalisme est une nouvelle fois broyée, l’âme se retrouve tête coupée sur l’échafaud du verbe (ce qui est sans doute moins ennuyeux pour elle que pour un corps).

Pozner n’en finit jamais de désosser le romantisme et la poésie hégélienne. Pour autant il ne revendique pas un matérialisme à tout crin. Il fait mieux et feint au passage de s’amuser même si ses jeux sont sérieux. Plutôt que d’évocations ou bien sûr de narrations il faut parler de récitatifs lacunaires. L’écriture se nourrit volontiers ici sur les décharges, mais elle ratisse les scories pour avancer nue. Tout est tendu et têtu. Le mystère du texte tient à son plaisir désespérant, à ses ruptures qui refusent les aboutissements. Lautréamont n’est pas loin mais en ellipses et laps. Ils font que le texte reste une suite d’attaques plus que de plaisir. Il s’agit de montrer combien « la chose intellectuelle » est une vue de l’esprit.

Celui qui se veut « le prince sang-rire à l'armure de grimace d’or » risque une fois de plus d’exciter la mauvaise humeur des esprits chagrins.  Mais nous resterons épris de cette littérature aux énergisantes  raides bulles. L’auteur est par essence l’anti BHL. Dans la suite parfaite de ce que Beckett nomma si astucieusement ses « foirades » - et dont il se garda bien de préciser le sens premier - Daniel Pozner inscrit ses vaudevilles et ses vanités dans sa géographie de l’ailleurs en des fables barbares avec leurs fibromes faussement lyriques, leurs salissures de bave sur les miroirs narcissiques aux relents âcres. L’auteur ne sera donc jamais en odeur de sainteté. Comme Pessoa il fait semblant d'être personne et  dit oui à ce qui arrive dans la langue pour l'arracher à la confusion générale.