Éclats dans la philosophie de Jean-Pierre Faye par Jean-Paul Gavard-Perret

Les Parutions

04 mars
2015

Éclats dans la philosophie de Jean-Pierre Faye par Jean-Paul Gavard-Perret

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 Jean- Pierre Faye n’a de cesse de combattre les langages totalitaires en prenant le parti de Nietzsche contre Heidegger. Chez le second – et le philosophe français le prouve – tout est question de « collage ». Il préfère donc le premier, précurseur du « montage » et du « change » (le mot fut le titre de sa revue qui devint le contrepoison à Tel Quel et ses Derrida de salon). Sous l’égide aussi de Mallarmé (dont sa revue republia le « Coup de dés »)  le philosophe illustre combien le fragment reste la contrepartie à l’abaissement, la chute et la ruine d’une pensée totalitaire. Celle-ci croit faire corpus en faisant masse – ce qui séduit toujours le gogo - fût-il philosophe. Frontalement critique face à la philosophie post-hegelienne et mettant bien des limites aux orientations marxistes et foulcaldiennes, Faye est allé plus loin que les penseurs de l’époque en proposant de « dé-faire » la déconstruction qui devint le B-A, BA ou le diktat d’une pensée dont l’évolution laisse perplexe.  Chez les déconstructeurs en effet surgit en catimini une volonté de puissance larvée, une fureur qui avance masquée. Seul – et face à eux – le montage reste le contraire de tous les fondamentalismes religieux et philosophiques.  Il est là – dit Faye – « où l’expérience est reçue » quelle qu’en soit la nature et « il fait voir » face aux concepts castrateurs car prédisposés aux re-pères qui de fait masquent vision et vue.

Faye est l’un des seuls à résister à leur piège et à ne pas se laisser entraîner – à l’inverse - dans un simple travail de déceptivité. Le fondateur de Change a montré comment fonctionnent  les châssis et charpentes qui conduisent à la contrefaçon de la pensée. Un tel ouvrage est donc indispensable pour une appréhension d’une philosophie qui ne lorgne pas – comme trop souvent désormais – sur son modèle américain. Contre divers bricolages de l’être Faye  reste celui dont le montage ne flatte jamais une sorte de décroissance de la capacité mentale et la réduction de la personnalité propres - alors et une nouvelle fois - à se retrouver captées par le système nerveux central des idéologies totalitaires.