Oulipo (collectif) par Jacques Barbaut

Les Parutions

08 déc.
2014

Oulipo (collectif) par Jacques Barbaut

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 

Oulipo (pour « OUvroir de LIttérature POtentielle * »), coédité par Gallimard et la Bibliothèque nationale de France à l’occasion de l’exposition « Oulipo, la littérature en jeu(x) » qui est présentée à la bibliothèque de l’Arsenal jusqu’au 15 février 2015, appartient à cette catégorie dite « beau-livre », ou « album (de famille) ».

 

Celui-ci, dont les deux plats de couverture vivement colorés sont ajourés, soit garnis de fenêtresmanière de dire « bonne façon » —, et agrémentés de nombreuses flèches pour nous indiquer des itinéraires ou des bifurcations, accueille photos de groupes divers et photos du groupe, diagrammes et graphes, plans de travail, enveloppes et lettres, couvertures d’ouvrages et pages de manuscrits, documents internes (convocations, ordres du jour, comptes rendus de réunion…), témoignant du goût immodéré de la plupart des membres pour la conservation et l’archivage des brouillons et papiers…

 

Où l’on apprendra…

 

… qu’aux commencements Oulipo et Collège de ’Pataphysique (alors sous le haut magistère d’Emmanuel Peillet, dit Latis) sont intimement liés : « d’abord intégré à l’Accommission des Compositions, chaque membre ayant au moins le titre d’Emphytéote, l’O(u)lipo dépend dès le 19 décembre 1960 de la Sous-Commission des épiphanies et Ithyphanies incluse dans la Commission des Imprévisibles puis est rattaché dès le 13 janvier suivant à la Sous-Commission de l’Acrote… » (p. 46) ;

… que le groupe dit « les oulipiens » — dont la naissance est fixée au 24 novembre 1960, soit la première réunion Au Vrai Gascon d’une dizaine autour de François Le Lionnais (1) et Raymond Queneau (2) — compte depuis 2014 quarante adeptes (présentés dès l’abord de l’ouvrage, après une « chronologie », chacun dans l’ordre de leur entrée, qui ne s’effectue désormais que par cooptation), à la semblance d’une autre académie, même si une quasi-moitié (dont neuf des dix membres fondateurs) est définitivement excusée pour cas de force majeure ;

… que si Marcel Duchamp ne participa qu’à une seule réunion, FLL collectionnait les cartes d’adhérent aux associations, confréries et organismes les plus disparates (de la Société mathématique de France au Cercle Gaston-Leroux).

 

 Outre un mini-panorama des plagiaires par anticipation — Raymond Roussel, Charles-Georges Coqueley de Chaussepierre (qui produisit quelques pages de ponctuation expressive), les grands rhétoriqueurs…, soit quelques-uns qui furent pré-oulipiens sans le savoir — et une brève présentation des branches annexes (ou OuXpo) — soit l’Oupeinpo (peinture), l’Oulipopo (littérature policière), l’Oubapo (bande dessinée, Lewis Trondheim), entre autres —, on trouvera aussi dans les pages jaunes des « Portraits des oulipiens par eux-mêmes » — exemples : Marcel Bénabou par Michèle Audin (alphabétique), Michelle Grangaud par Jacques Jouet (Vidas), Ian Monk par Harry Mathews (Dans la nuit américaine), Oskar Pastior par Frédéric Forte (anagrammatique) — et des « Moments oulipiens », sortes d’épiphanies qui requièrent « la présence de deux oulipiens au moins ».

 

Si Jacques Roubaud (16) a fait don — outre quelques livres et contraintes, comme celle du baobab — à l’Ouvroir de deux principes, dont le premier énonce qu’un « texte écrit suivant une contrainte parle de cette contrainte** », JR entraîna sans délai son ami Georges Perec (17) à rejoindre le groupe, lequel GP avec la Disparition offrira en retour sa première œuvre proprement oulipienne, et avec la Vie mode demploi*** son premier « chef-d’œuvre », au sens aussi du compagnonnage.

 

Christelle Reggiani écrit (« Georges Perec et l’Oulipo », p. 112-119) :

« écrivain évidemment virtuose, Perec semble en effet l’auteur d’une œuvre à la lettre épuisante (pour le dire justement d’un mot perecquien), au sens où elle ne pourrait, du fait de son goût marqué pour la saturation, qu’entraver en pratique la reprise — sauf dans le cas de textes brefs et prenant en outre le soin d’inviter, très concrètement, à la réécriture : en l’occurrence, Je me souviens et “ Le voyage d’hiver ”, qui se referment l’un et l’autre sur des pages blanches, montrées ou simplement dites. »

 

 

* L’OuLiPo n’est donc pas un poète chinois de l’époque des T’ang.

 

** Je me souviens que, dans la Disparition, Longchamp, turf ou PMU : « Il y avait vingt-six inscrits, dont vingt-cinq partants, Whisky Dix, qui avait un “ Cinq ” sur son dossard, ayant fait forfait. »

 

*** Les fétichistes se réjouiront de découvrir la photographie de la machine à écrire IBM à boule sur laquelle Georges Perec écrivit La Vie mode demploi [illustr. 84], laquelle machine littéralement agonisa dans les bras de Paul Fournel le dernier jour de la frappe finale du tapuscrit définitif.