Saut fixe d'Alexandre Desrameaux par François Huglo

Les Parutions

06 oct.
2019

Saut fixe d'Alexandre Desrameaux par François Huglo

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 

 

Si l’œil écoute, à chacun sa mémoire auditive. Le lecteur d’Alexandre Desrameaux est, d’emblée, saisi par un rythme binaire qui ne le lâchera pas. « Envoie : le son, la sonde, dans l’onde./ Aux poches du mâle ». Un peu de ternaire : « Pédalo : Nef à vif./ Gondolée !, ta navette, à fillettes, encensées./ (…) / Diabolique gymnastique. ». Puis ça reprend : « Et mouillent, les cloches / -L’an nuit. Les cris. Et masques./ Gouverne, frisson, Roi lève ruban ». Le rythme est aussi typographique : des effets de syncope sont produits par les espaces entre diabolique et gymnastique, entre Roi lève et ruban. L’amateur de rock entendra du rock (« I can’t get no », « hot stuff », etc.), l’oreille plus jazz sera sensible à l’accent tonique : il swingue aussi en français. L’amateur de techno entendra de la techno. Le lecteur de poésie se souviendra peut-être de « Conneries. I. Jeune goinfre. », dans l’Album zutique : « Casquette / De moire, / Quéquette / D’ivoire, // Toilette / Très noire, / Paul guette / L’armoire, // Projette / Languette / Sur poire, // S’apprête / Baguette, / Et foire », avec ces deux derniers vers scabreux dont on trouvera maint équivalent chez Desrameaux : « feu baises- / De faïence : fesses au cœur », ou « Délicat, bédouin, de queue – serpentance ? ». A.R., qui signe « Jeune goinfre », se souvient lui-même des Djinns hugoliens : « Murs, ville / Et port, / Asile / De mort… ». Et le lecteur contemporain peut se souvenir du Poème-Partition A de Bernard Heidsieck : « QUi bat / QUi bat / QUi bat / QUoi que / (…) / Que faire / (…) / boule BANG / bille bulle / bulle BANG / bille boule / bille BA NG / balle bonds ». Ces bonds nous ramènent au saut fixe, et peut-être moins à l’ « explosante fixe » des surréalistes qu’à Rimbaud encore : « fixer des vertiges ».

Ce qui est fixé, sur le papier comme sur une pellicule (les références cinématographiques sont nombreuses, « Stanley Cubiste » par exemple) est, en effet, la vitesse d’un bond, la vitesse entre les bonds, une vitesse vertigineuse au point de produire une fixité comparable à l’œil d’un cyclone ou à l’extase d’un derviche (quelques références au soufisme) : un état de jouissance (oxymore), le mot état pouvant être pris au sens politique. Risquons cet autre oxymore, puisque le titre Saut fixe en est un : état utopique.

Si, pour reprendre une image nietzschéenne, les vers et les mots découpent en tranches le serpent de la pensée, c’est pour saisir et propager un mouvement de fuite ondulatoire comme la lumière (la poésie de Desrameaux est aussi corpusculaire) ou le courant électrique (cette poésie charge ou décharge du courant). Le serpent est-il un animal politique ? La pensée parle avec les mots de tous. Mais un animal domestique, non. Le serpent nietzschéen de Desrameaux fuit le mimétisme social et langagier, ses circuits (courts) de reconnaissanceet de gratification, ses facilités rhétoriques, ses effets de manches et effets de système. Et les pièges du Moi, son prêt-à-porter d’identifications toujours à portée de mains. Le serpent file entre les doigts. On ne saurait parler de lyrisme, encore moins d’envolées. Aucune pose célinienne ou autre : une agilité. Aucune imprécation : des prières débitées en rafales, mais à quel Dieu ? Peut-être celui de Leibniz : une somme de perspectives, le point de fuite d’une infinité de points de vue. L’histoire ne se mord pas la queue (répétition, révolution) : elle ondule. Une modernité au bout du rouleau (« l’Europe », « l’Occident » : « quelle misère ») fait ressort, spirale baroque. De Zénon à Descartes, le doute sinue. De plus en plus menacé depuis , il fuit de plus en plus vite les « anciens parapets » —bondit « entre bottes » et « Jihad », de « ès pine osa » à « non Hobbes tangue ».

Le « saut fixe » nietzschéen était aphoristique. Chez Philippe Jaffeux, il est à la fois aphoristique et électrique. Avec Desrameaux, la balle qui rebondit (« Mon corps, et âme : flipper, ping-pong- / Moi balle, qui vibre, au ciel, bien plus ? ») atteint la vitesse de celle prête à être tirée à bout portant : « Mon œil : roulette / Russe mais… Langue pire ». Poésie « Contre tout » et « Tout contre ».