Sophisme de Joël Hubaut par Jean-Paul Gavard-Perret

Les Parutions

21 janv.
2013

Sophisme de Joël Hubaut par Jean-Paul Gavard-Perret

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 

La collection « Abécédaires » de la FRAC Franche-Comté propose le dictionnaire hors de ses gonds du plasticien iconoclaste Joël Hubaut intitulé « Sophisme ». Le sous-titre  est plus explicite « Micro-abécédaire compressé et imprécis du savoir-vivre à l'usage des jeunes générations des Ecoles d'art en particulier et pour n'importe qui en général ». De facto ce livre fait  l'éloge des irréguliers de l'art  face à ceux qu'Hubaut considère comme des « cannibales » : les gens de pouvoir, à tous les niveaux. On retrouve ainsi de A (Artaud le grand Artaud et Arrabal) à Z (Zazie, Zabriskie Point et Zarathoustra) les « anti-cannibales » - mais qui  furent parfois comme le précise l’auteur des « auto-cannibales » puisqu’ils allèrent jusqu'à se détruire eux-mêmes.

 Tous ceux qui se méfient des faussaires, des complices et des cannibales de leur vérité, seront ravis par ce livre Il transgresse tout édit de chasteté. Il fait dilater les sujets inépuisables que l’art généralement  prend au sérieux.  Il rappelle au passage qu’il ne faut pas compter sur les peintres de l’indicible pour révéler l’insondable… Hubaut met uniquement en exergue avec humour mais non sans finesse et élégance ceux qui passent derrière la surface des apparences. L’adepte du culte des mots plus que de celui des morts  fait de son dictionnaire l’exemple parfait de l’anti « caveaubulaire ». L’artiste héros cède la place à l'histrion. Car lui seul peut vaincre le pire en  rappelant que la vie n'est pas qu'un leurre et que  la mort n’est pas un Shakespeare. A la jonction du voir, de l’entendre et du parler ce livre reste donc par excellence le lieu de la mutation.

 Pour un prix dérisoire vue la qualité de l’objet, le livre est aussi visuel et sonore. Il s’échafaude sur des saccades et des allitérations et propose une errance des plus coruscantes au sein des expériences de  créations contemporaines. Sur le registre d’une nomenclature  de noms de créateurs contemporains (en majorité) placés à la queue leu leu. Tous sont listés et rassemblés au gré alphabétique de la première lettre de leur nom comme dans tout abécédaire qui se respecte, la seule rigueur qu’Hubaut s’impose.

 Tous les amateurs d’art et de littérature pourront trouver là une lecture stimulante. Elle renvoie néanmoins  à un nécessaire approfondissement antérieur. Lorsque l’auteur évoque les « Gerbes de Greenaway » ou les « gavages des G de Gabriele Di Matteo » l’essentiel est dit. Toutefois pour le comprendre le retour à l’œuvre des deux artistes est nécessaire .Mais le « G » et les autres lettres sont aussi approchées pour leur valeur poétique intrinsèque. Ce G « Grésille avec Gourmandise » ou encore « Gonfle avec Grâce »

 Dans le contexte de créativité du XXIe siècle cet ouvroir aléatoire et potentiel est un ravissement. Celui qui fut « recordman du monde de lancer de camemberts » (non ce n’est pas une plaisanterie !) s’illustre  une fois de plus dans des divagations farcesques mais plus sérieuses qu'il n'y paraît. Ce qu'on pourrait prendre pour un grand n’importe quoi demande travail « d’imbécillité » qui – seul –  porte  à l’intelligence suprême.