Crieries de France par Jean-Pascal Dubost

Les Poèmes et Fictions, poésie contemporaine

Crieries de France par Jean-Pascal Dubost

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

1. Voulez-vous ouyr cris de France ?
2. Que vous en dirai-je
3. N’en quelle manières
4. N’en quelles lourderies font
5. Ceux qui pensent bon profit faire
6. En blablatant à la radio
7. Qui ja ne finissent de braire
8. Et sur les réseaux toute jorn,
9. Or ne cuidez que ça les ennuie
10. Quar jamais les bougres d’âse
11. Ne sont au repos mais
12. Voulez-vous ouyr qu’on crie
13. Dès le point du jour ?
14. Dégagez le cérumen :
15. Ça ne va pas s’arranger
16. Bienvenue le bonjour !
17. Puis après orrez retentir
18. De ceux qui frient les cons frais
19. Qu’on n’expulse pas, mais on éloigne
20. Qu’on ne chasse personne,
21. On les invite à rentrer.
22. Aussi orrez crier
23. Blaireaux et journalistes
24. (Et c’est tout un aria)
25. Allez les bleus !
26. On va gagner !
27. On est les meilleurs !
28. On est champions !
29. Ce n’est pas sarriette
30. C’est de la balourde de France,
31. À la longue haleine et forte odeur,
32. C’est qu’du cul pouacreux,
33. C’est du pense-menu,
34. À charretées pleines.
35. Oyez-moy-çà par ailleurs
36. L’escriment de l’autre, jupe à terre,
37. Arrogant fort que
38. Pas de taf pas de pèze
39. Qu’ça coûte pognon d’dingue !
40. Si tu veux du paing, gagne-le !
41. Et un costume, paie-le !
42. Mais traverse la rue mon vieil !
43. Où n’y a argent ni beurre, heu.
44. Non mais dites donq les fay néants
45. On ne va pas non plus
46. Vous beurrer le casse-dale !
47. Du bulot, y’en a y’en a !
48. Ho gentz qui sont riens
49. Je ne vous peulx voir !
50. Et quoy ! Ne ferez-vous autre chose,
51. Que de plaindre et languir
52. Or que des bonnes poires, y’en a !
53. Et l'autre qui crie autant
54. A bele buce que veux-tu,
55. Pas de porcq et pas de jambot ?
56. Ordonc, double frite !
57. C’est icy foire aux bestiaux
58. Où qu’on crie : casserole du pôvre !
59. Mais par la saincte merdré !
60. Or qu’il y a bon kärcher
61. Pour nettoyer ce merdas !
62. Or s’y ajoutez li brui et l’odor,
63. Chaus pastez i a en l’chef !
64. Du balais ! Si com je l’enten
65. À chaudes gorges renforcies,
66. Allez, ville propre, dhéors !
67. Pas de manants, pas de manche
68. Dans nos villasses et nos parrouasses.
69. Pas d’aides aux aliènes
70. N’à la gent aubaine d’ailleurs,
71. Qu’à la gent franceise
72. Par le cul sainte Marie !
73. Ça dégobille sec sur le pavé
74. Où y a joncheure de glaviots.
75. Et pas de miserere
76. Pour la misérie du monde.
77. Doulce France, doulz païs,
78. Tes paroles doulxes ne me sont.
79. C’est jus d’fiel et d’fien
80. De qui hume le pyot de chambre.
81. Icil vont criant par matin :
82. La France, c’est pas les restos du cœur !
83. Allô, non mais allô quoy !
84. Va moy continuant traîner l’esgourde
85. Me triboulant de ce que j’ois ;
86. La meschantise des maraudz
87. S’aysiant partout alas,
88. Et à crier metent grant paine,
89. Qui le font à haute alaine.
90. Ces réfractaires de la gaule qu’ont
91. Main au panier, pas sur le cœur,
92. Dont moult sovent, sachiez, me ri.
93. Du carbu, ne vueil pas oublier,
94. Cria-ce, par les rues, bah ça,
95. Le « du pain » zolesque, c’est ringue ores.
96. Qu’ils fassent donc petit pain,
97. Dit-on à la presse de la rue,
98. Que ces gens restent genz menues.
99. Orrez crier parmi ces rues :
100. La guenon mange ta banane !
101. Et va-t-en, va sur ton arbre,
102. Ça mange pas de pain, ça, banania !
103. Et en miting peu aérien
104. Orrez candidat dire
105. Ramdam ! C’est ramadan,
106. Gare à vos pains au chocolat !
107. (J’ay les boules à volonté
108. Quand ce j’ois ou vois ou lis,
109. En païs des doigts de l’homme
110. Dans le cul à moult granz cris.)
111. Et là-bas je coule, je coule,
112. Au secours ! Ce crie on, à qui comme
113. D’une guigne s’en torche li cu.
114. Li autres dit autres noveles,
115. Savez qui vend vos vielz piaux ?
116. Qui de répondre sans hontir
117. Qui a manucure et chaud manteau,
118. Par le sanc bieu de dieu !
119. Li autres crie son métier :
120. Châtaignes ! Marrons ! Sécurité !
121. Ç’a l’art d’être clair.
122. Aucunes foiz, ce m'est avis,
123. Crie-t-on le ban la liberté,
124. Et le crie en plusieurs lieux
125. De France et de Navarin,
126. C’est pas cher, c’est donné !
127. Moult maine crieuse grand bruit
128. Dont orrez crier sur TV :
129. Qu’est-ce qu’on en a à moudre
130. Qu’elle s’en sorte pas cette
131. Smicarde de divorcée de
132. Mère de deux zenfants qui
133. N’a pas assuré son derrière !
134. Bouts laids sur bouts laids
135. Qui ne prennent leur vide en main
136. J’en ai les flaons chaus !
137. Ce n’est pas à l’état
138. De garrir vos escroelles !
139. Que sont plaintivieuses les plaintes
140. Du franc piteux et gros populas
141. Crie elle à la télé au chaud.
142. Povre ase et paovre tringle !
143. Quoy faire contre cette navrance ?
144. Bah, tirer à bas le réel !
145. L'autre crie elle sanz delai,
146. Pas au pistolet à eau, ho !
147. Quant mort i a d’homme en rue,
148. Crier orrez hautissimo :
149. Proiez don por s'ame,
150. Puis ça part aux oubliées.
151. Et orrez maintes genz menues
152. Poires d'angoisse crier haut
153. Mé pr dé clous de girofle,
154. Or, i a pas de kwa mrdr.
155. France qui pense à
156. La vitesse du con !
157. Et sur les réseaux du cœur,
158. C’est pas tjrs bo bo à veoir !
159. C’est genz t’y pas tant qu’ça,
160. Y a plus de réseaux plus de raison !
161. Las, je donne ma langue au rien,
162. Le jour des poires est arrivé.
162. Mi-grand mi-petit païs,
163. Où l'autre crie : le Français d’abord,
164. Le rebeu, c’est la terreur, ouste !
165. Être pieuvre, c’est un con bas !
166. Un sac de merde au dernier,
167. Cordé de cordé !
168. Ah ça ira pas rira pas,
169. Elle n’est pas libre, la masse.
170. Or, orrez bien son afaire,
171. À la masse, à la grant masse,
172. Qui de crier n'est esperdue :
173. Qu’ils riront à la lanterne !
174. Bordel de dieu de mierde !
175. Com de male heure je fui nez !
176. Com suis or mal pourvu !
177. Et tantes et maintes choses se crient,
178. Que raconter ne vous sais mie,
179. Tant y a pipeaux à vendre.
180. Parlons pas, mais parlons-en,
181. Quand le peuple félon
182. Encrudélit dans les stades :
183. Ho hisse… Embougré !
184. Ça fait jus de bile dans le pensif.
185. La vache ! C’est du gros veau
186. Qui fait grosse tache.
187. La France, pays de poëts,
188. Où qu’ça borborime bellisime
189. Qu’ça borborie à l’envie,
190. Où, de la goule des saigneurs,
191. Orrez fort et croirez donc
192. Qu’un tas de feignasses c’est,
193. De profiteurs, de fraudeurs
194. Et d’assistés, ces Gaulois.
195. Mais cy se finissent ces Crieries
196. De France.

Le commentaire de sitaudis.fr

Extrait de « Poèmes médiévaux », travail en cours.