Premier crayon de Mathieu Bénézet par Matthieu Gosztola

Les Parutions

10 juin
2014

Premier crayon de Mathieu Bénézet par Matthieu Gosztola

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 

 

: la nuit fermée              

: la nuit-chambre

 : le corps retrouvé, cassé, retrouvé dans l’enfance, dans la mémoire

 : (les derniers jours ((à l’hôpital)) de MB

 : les derniers jours de soi

: ELLE, LA DOULEUR : « on m’a volé une nuit une nuit / de douleur ma Douleur / qu’on me la rende qu’on ne / me la rende pas […] Trop de pages sont dans Douleur pour être écrites ; derrière les pages que vous lisez elles demeurent : inaccessibles »

 : elle : « rêve de merveille féminine poursuivie chan- / gée – la même – / réveil – / chambre hôpital – / porte fermée – »

 : elles : « qui parle voile après voile // la somme des femmes pollens »

 : écrire (ce que ça veut dire : écrire) : « un enfant pourpre / sous un soleil automnal / chargé d’une coupe de fruits / brillants »

 : écoutez : « le bruit d’eau signe / toi qui vas disparaître »

 : attendez voir : 1. «  non-prière des non-corps »

2. « (une prière rien moins / que prière) »

3. « dans le vol solitude / d’une pierre éblouie » 

4.  « la foulée du voyage // un nouveau-né »

5. […]

6. « (parlé) » 

7. « récit // tombée amoureuse des fleurs »

 : vivre [le « à chaque fois »] : « au-delà de l’été sentant les yeux / qui se joignent à / chaque fois il y a le ciel et le ciel / fait un grand tremblement »

 : la neige : « j’irai voir avec la lampe de la cave / sur le balcon / quelques pousses sous la / neige non encore tombée / je la respirerai avec les doigts »

 : un fragment : « […] au / plus serré du cadavre des vestiges / donnant figure à l’homme »

 : un tremblement : voir vivre [le « à chaque fois »]

 : presque-un-fragment (un retour [d’un rappel, un appel]) : « […] enfonçant le ciel / dans la proximité des ruches »

 : parlé : « Camille et Paul Claudel séjournent, vivront, enfants, à Bar-le-Duc. Comment n’auraient-ils pas vu en l’église Saint-Étienne la statue de Ligier Richier, mal nommée le Transi ? Quelle influence ce spectacle inouï a-t-il eue sur les œuvres respectives (il ne paraît pas possible qu’il en fût autrement) ? »

: un rêve : « Les mères folles marchent à la

 queue-leu-leu

 elles cherchent un couloir. Il n’y

 a pas de couloir. Elles marchent

 dans une langue morte. Elles

 n’ont plus de règles. Leur sang est

 nécrosé. Elles cherchent la clef du

 presbytère au fond du

 couloir. Il n’y a pas de clef. »

 

 : une balle qui rebondit : « c’est si simple l’aventure que

 tu dis une femme dont le sexe

 éclôt ventre

neutre et fruit oui

 les images d’une balle qui rebondit

 

personne

personne ne doute que c’est la

 première fois cette histoire de balle

 comme ça

 au bord défendu »

 

: pas de verbe (défendu) : « je tends l’oreille pour cueillir / le fruit que le vent agite / dans le sommeil le / commencement du sommeil / quand le murmure des fleurs / pas de verbe (dis-je) (dit-il) »

 : cette joie [d’un signe] : « , cette joie née d’un caillou posé / sur une table, // enfoncer le ciel dans la proximité des pierres »