Flip-Book de Jérôme Game par Nathalie Quintane

Les Parutions

14 févr.
2008

Flip-Book de Jérôme Game par Nathalie Quintane

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
Le Jérôme Game 1 était reconnaissable à ses apnées de la diction dont un texte à trous/ruptures/reprises/apocopes donnait l'équivalent plastique : écriture "expériencée" de manière évidente, presque volontariste, et qui masquait sans doute les glissements sensibles dont elle était capable.

Flip-Book est le livre du spectateur dans le film, voyant qu'il voit le film et débordé par lui. L'hypnose propre à l'expérience de cinéma trouve en Jérôme Game 2 la fluidité coupée de mots/plans la mieux à même de la restituer. L'expérimentation "frontale" semble abandonnée, la syntaxe est "correcte" : tout se joue dans l'absence d'une virgule, la place d'un point, incongru, qui écourte la phrase ...

L'eau claire les fait voir, l'eau turquoise opaque, mi-profonde, où leur sang se disperse quand ils explosent contre une mine, quand les rotors du bateau. "
(Sur Beau travail, de Claire Denis).

Ce travail en sourdine, permanent, la voix de Jérôme Game lui confère sa pleine dimension.
Il y a encore beaucoup de choses à faire avec cette voix-là, instrument de précision sensible et mallarméen - coup de dés/coup de glotte.