Les enfants vont bien de Nathalie Quintane par Bertrand Verdier

Les Parutions

04 déc.
2019

Les enfants vont bien de Nathalie Quintane par Bertrand Verdier

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 

Fouras (Charente-Maritime), le 27 novembre 2019
Hôtel La Roseraie, chambre 2612

 

 

Libérez nos mascarades !

 

 

« « Malheur à celui qui n’a pas le courage d’assembler deux par-
oles qui n'avaient jamais été jointes. » »
Denis Roche, Dépôts de savoir & de technique

 

 

Coucou ! Fort heureusement (bien qu'en trop petit nombre, hélas), il reste encore des écrivains qui n'écrivent pas, et Nathalie Quintane s'est patemment attelée à ne pas écrire Les Enfants vont bien, son dernier livre paru aux éditions P.O.L. Elle en expose le principe dès les premières lignes de sa brève préface : « Toutes les phrases et les fragments que vous allez lire ont été écrits par d'autres que "l'auteur" […] Les enfants vont bien est un livre de montage » (p. 7). Elle précise aussi que : « L'essentiel se joue [...] dans l'implicite, dans ce qui n'est pas dit » (9). Professionnalisme oblige, j'y accole le constat qu'elle dresse dans sa note de lecture du récent livre de Sylvain Courtoux : « si tu écris quelque chose de gauche dans une forme de droite, ça devient quelque chose de droite ».

D'où je déduis a) que le montage est un forme de gauche, mais surtout b) que ma tâche consiste ici à :

 

rendre compte, dans une forme non compromise, de ma lecture de ce qui
n'est pas dit dans un livre qui a été écrit par d'autres que son auteur.

 

L'implicite est en effet omniprésent dans ces Enfants, dont la plupart des pages ne propose qu'une simple et courte phrase. L'espace restant demeure blanc, que le lecteur fera signifier à sa guise. Car le montage constitue la forme par excellence où susciter des rapports signifiants entre des énoncés parfois disparates, et provoquer une lecture active. Par exemple, la page 65 reproduit en sa partie supérieure cette seule déclaration d'un-e politique professionnel-le : « d'une manière générale on ne s'interdit rien » ; et, par-delà l'évidente dégueulasserie politicienne, l'espace vierge tout autour s'avère propice à reconnaître in petto l'équivalence « ne s'interdire rien » = « oser tout ». Imparable apparition conséquente des Tontons flingueurs...

Les enfants vont bien collige des propos (publics ou privés, nationalistes, collabos, propagandistes ou - à l'opposé - solidaires) sur « la question des réfugiés » (7) ; Nathalie Quintane entend là « rendre compte de la violence faite, en France, à ces hommes, ces femmes et ces enfants » (7). Elle sait aussi que cette violence est déferlée hic et nunc, délibérément, stratégiquement, fomentement,  au nom de la démocratie représentative : « sort […] fabriqué, puis justifié et légitimé par un ensemble de paroles et de textes » (7) (le mot "démocratie", privé d'épithète, apparaît une seule fois dans Les enfants vont, p. 222, occurrence unique et pour le moins navramment sarcastique). Et ce régime politique violent ne peut qu'aggraver la situation : « errants et épuisés […]. tel [est] le sort assigné, à plus ou moins court terme, à tous ceux qui ne sont pas assez vigoureux et "fermes" pour être en tête. » (10). Car, au-delà de l'ironie (car comment être tous en tête ?), « les événements récents ont montré, quand on sait les lire, que bien que blancs et bien sous tous rapports, nous ne sommes plus forcément assurés d'être éternellement du bon côté du manche » (p. 10).

quand on sait les lire...

 

[ici un fragment de mon autobibliobiographie de la 2nde quinzaine de ce novembre :]

puisqu'ont été acheté-es, annoté-es, brûlé, consulté-es, découronné-es, dénoncé-es, détruit-es, discutées, écouté-es, emprunté-es, feuilleté-es, lu-es, parcouru-es, redécouvert-es, regardé-es, remémoré-es, resurvolé-es, supprimé-es, volé-es, en vue de ce compte rendu, et dans l'ordre où ils ont tenu à m'aider :

 

Roland Barthes : Critique et vérité (page 83)
Walter Benjamin : "L'œuvre d'art à l'époque de sa reproduction mécanisée" [consulté le 26 novembre à 18h03] [dans ce petit restau afghan où nous avons notre habitude]
Jorge Luis Borges : "Pierre Ménard, auteur du Quichotte", in Fictions
Rodolphe Burger et Olivier Cadiot : Welche
Jean-Roger Caussimon : La Commune est en lutte
Julien Coupat (article Wikipédia)
Sylvain Courtoux : L'Avant-garde Tête brûlée Pavillon noir
Sylvain Courtoux (correspondances)
Isidore Ducasse : Poésies II
Marguerite Duras : India Song (interprétation par Anaïs Demoustier)
Jean-Marie Gleize : Tarnac (éditions Contre-Pied)
Christophe Hanna : Nos Dispositifs poétiques
John Heartfield : Photomontages antinazis
Emmanuel Hocquard ou Juliette Valéry : L'année du Goujon
carte routière IGN de la Charente-Maritime
La Chambre, n° 2, "Poètes"
franck leibovici : des documents poétiques
La Rumeur : Du cœur à l'outrage
(hélas :) les Inrockuptibles , 6 novembre 2019, p. 68
Annie Marrec
François Maspero : La Plage noire
Nioques, numéro 21, novembre 2019
programme de la librairie ombres blanches, numéros 149 ("nov./déc. 2019") et 148 ("oct./nov. 2019")
Henri Proust : Pèdre
Nathalie Quintane : notamment (donc entre autres) Ultra-Proust et Les années 10
Nathalie Quintane : L'Avant-garde Tête brûlée Pavillon noir par Sylvain Courtoux ettranscription d'heimrad bäker [sitaudis.fr]
R.R., numéros 2, 2,1, 54, 56
Florence Rey (article Wikipédia)
Arthur Rimbaud : Le Forgeron & Démocratie
Denis Roche : "Vers la table de montage", in La Disparition des lucioles
Gilles Servat : Les albums de la jeunesse
tract de SUD Culture Solidaires (sections Eveha, Hadès et Inrap) sur l'assurance chômage et la situation des CDD dans le secteur de l'archéologie (novembre 2019).
Talkie-Walkie, "revue poetiK-politiK-poP" (intégralité, juin 2005 – septembre 2006)
compagnie Théâtre Bouche d'Or : Sang d'encre ; jeu-spectacle donné à la médiathèque de Fouras le 27 novembre 2019
The Clash : Combat Rock
Jean Thibaudeau : Histoire de Tel Quel
Tissu, numéro daté de juin 2005, non paginé
Diane Trouillet
Louis Zukofsky : Le poème commençant par "la"

 

 

… « quand on sait les lir(e), que bien que blancs et bien sous tous [...], nous » : gage, s'il en fallait, de littérarité, la goûteuse colonnade monosyllabée s'attache la première personne du pluriel et réaffirme l'une des préoccupations majeures de Nathalie Quintane : provoquer un « usage pratique de [ses] livres » (Un œil en moins, p. 380). La référence à trois grands ascendants (Charles Reznikoff : Témoignage, Heimrad Bäker : Transcription et Jacques-Henri Michot : Un ABC de la barbarie) ouvre pour finir à une exhortation très ducassienne : « le repérage et l'analyse des "éléments de langage" de ceux qui entendent nous gouverner par la parole et par le fait accompli me semblent être ouverts à tous […]. À nous de parler et d'écrire autrement » (11).

Si la lecture constitue bien la première étape d'un tel usage pratique, l'incitation conclusive révèle une portée pédagogique à ces Enfants, dans lesquels le montage expose et transmet un mode de lecture où le matériau narratif et représentatif ne figure plus qu'en moins : le « parti-pris narratif me semblait insuffisant » (7). La lecture réticulaire (qui n'omet nullement les longues plages de silence graphique) dévoile crûment les proliférations dégoûtantes exsudées à bride rabattue par les représentants politiques (dont syndicaux et médiatiques), les experts, les romanciers, les poètes activistes néo-lyriques plan-plan (même si tout le monde n'est pas à mettre dans le même sac). Le montage, agencement sans ajout, expose sans fard l'imposture principielle du représentativisme et de qui s'en réclame et s'en adoube (et ils sont, eux, nombreux). Se suggère là l'évidence d'un parallèle entre littérature et politique : la représentation est périmée depuis longtemps et la représentativité elle-même est un préjugé du passé.

Et puisque le montage a aussi la vertu d'annihiler toute autorité auctoriale (la propriété privée de mots), il rend « ouvert[e] à tous » la réappropriation de la langue. La deuxième étape de l'usage pratique d'un livre tient en cette incitation-suscitation-délivrance d'ensembles de paroles et d'écritures autres, inouïes, de chacun-e vers tou-tes. En des temps de détresse violentante et concertée, cette condition indispensable œuvrerait à détricoter le "sort assigné : le nouveau est invincible.

Pour ma part, mon usage pratique de ce livre, et immédiat, son action directe vers une démocratie directe, se matérialisera ce 5 décembre : loin de nos doux représentants qui nous trouvent crasseux, nous serons quelques-uns à manifester sous une banderole « Libérez nos mascarades !!! ».

Puissions-nous, à notre tour, passer le flambeau.