Chant de personne, extrait par Guillaume Artous-Bouvet

Les Poèmes et Fictions, poésie contemporaine

Chant de personne, extrait par Guillaume Artous-Bouvet

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 

 

Chant XXII

 

Heure est-ce, que les murs

Se referment, instruits (festinés : d’ambre et chaud : joie construite), en retour ?

Toi, brutalement

Nu, dans la minute rouge (exorable, sinon).

 

D’homme, extérieurement : le corps (ça même comme peau, où fut jouir : comme peau) qui

Bat, dans l’habitude à vivre,

À boire : à même corps, exposé tant

Que lève la coupe (ongles pâles, sur l’or), gorgée

 

Dans un trait seul.

Travé souffle, qui manque : un sang d’air épaissit

La vie. Verse, un vouloir qu’incesse (hors de force),

 

Cinglant le dévorable. Ô poussière, dans la

Certitude partout,

Qui s’élève.