Grand-Mère Quéquette par Christian Prigent

Les Poèmes et Fictions, poésie contemporaine

Grand-Mère Quéquette par Christian Prigent

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1
J'écoute Grand-mère, je re-crains à mort. je crains qu'on me gave, à cause de lenteurs limite volontaires à sortir d'enfance et d'obstination en format minable question centimètres, d'hormones de croissance trouvées à Prisu avec du venin dedans de bêtes morte. Je crains j'ai lu ça en douce en dico d'épouvantement scientifiquement de finir pour ça poupée ramollo ou pantin chiffon sur un matelas top avec des poulies et que croqueville ma main sur du rien et que peu à peu ma couenne vire au bleu ou au violet moche et que mon parfum fasse fuir même le chien et que ma paupière jamais plus ne ferme malgré les collyres pour que je voie moi en délabrement sans digression et qu' on prenne mes fesses pour tartine de miel sans succès notable contre les pluches de peau en pus et que chaque jour de plus en plus vite soit un jour de moins. Je ne confie rien de ça à Grand-mère : je sais qu'elle dira que j'exagère ou que je noircis en anticipé sur du 'core pas sûr voire des fantaisies de futurologie. Qui vivra verra, Grand-mère sans doute pas. Mais moi qu'ai du champ, ou frère ou copain classe 45 et des environs, ça nous pend sûrement pas loin sur après. Et question menus et gastronomie, si plus droit à rien en vision de loin de tout qui fut bon par où ça passa, du gros pain pourrit et du grain se moud dans les officines d'intranquillité. Car on va manger quoi bientôt désormais jusqu'à dorénavant ? Du serpent piteux ? Du sautillé de kangourou ? Du merlan d'autruche ? De la matelote de pelotes de chat ? De la gamète de bouc en confiote ? Des boulettes de rats au sperme de chameau greffé sur le dos ? Des séquences de gras de génome en croûte ? Du sang de navet bio, cher, avec la terre ? Du sac de cadavré d'humanidé lyophilisé ? Des petites pilules d'os recomposé ? Du code-barre en barres ? Des gélules d'enzymes de chenille à la vanille ? Du sel de nitrate en crottes en cachous ou en berlingots ? Du cactus d'élevage ? Du label d'épis de barbe de zootie suivie en fichier par la Faculté ? Des galettes de truc en tout sauf de blé ? Des crêpes de farine de chien ? Des crêpes de ça le matin ? Des crêpes à midi de sucre de cleps ? Des crêpes de tapioca de caca d'cabot au goûter avec du sirop pur reconstitué au chlore d'H2 O ? Des crêpes de poudre d'extrait de quéquette de bête à l'eau de javel pour le petit souper érotisé dans le salon particulier avec des yeux d'hareng pasteurisé dedans pour tartiner les décolletés ? Ou du pain de merde de même farine en miches ou couronnes, ou bretzel ou pogne, ficelle ou baguette mais toujours en merde ? Voilà des questions - mais nul ne répond, le Ciel obstine sourd et Grand-mère pareil et je reste seul avec comme amis l'avant qui me fuit, l'ici qui me cuit et l'endemain qui sent fort le roussi.