Un théâtre de verdure de Patrick Dubost par Carole Darricarrère

Les Parutions

13 sept.
2018

Un théâtre de verdure de Patrick Dubost par Carole Darricarrère

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google+
  • Google +1

 

 

 

En immersion d’apesanteur dans la nacelle auto-réflexive du poète, l’écho acoustique des acouphènes, silences, les minuscules scaphandres monastiques de la vie des parenthèses, ou comment d’un seul élan funambule de balancelle, la vie des vrilles, nique le mur, poème ininterrompu, quand cesse le parler pressé de dresser des barricades, laissons venir, le mot félon qui enseigne et passe

 

*

 

Lorsqu’on le déflore, au hasard des pages, comme l’on coupe un jeu de cartes, on y voit un petit troupeau de nuages, moutons de laine apprivoisant immédiatement le regard, buée maritime de l’azur, trous d’air, clairières de la langue, cela commence comme un effet buvard, la lecture de « Un théâtre de verdure », par le milieu de l’absorption, c’est ainsi que procède la poésie, tête sous le pied, à contre-courant des masses langagières, de l’extérieur vers l’intérieur, elle vous absorbe d’un trait de paille

 

« il rêve (     ) il voit ce qu’il lui est permis de voir (     ) s’agrippe au réel (     ) »

 

Quand je laisse fondre cela sous la langue. Et que cela fée une espèce de smoothie de bleu, un nuage sur les papilles, des flocons dans la bouche, dès le commencement, il neige : c’est bon signe. Les petits corps de mots font l’effet de menues mottes de terre, à condition de les aimer, je marmotte entre les voilures, les parenthèses ont des ailes, je verse, m’entrebâille, se glisse, visuellement un ensemble très doux, ouateux, je ne suis plus un héros, je me détends, le-poète-n’a-rien-à-prouver-au-monde

 

  1. «  ) au début, on ne voit rien ( ) on n’entend rien (     ) cà ne parle pas (     ) un silence débarrassé du silence (      ) ou alors un mot, juste un mot (     ) lequel ? (     ) on ne choisit pas (     ) tombé du ciel (  « 

 

C’est sans transition que l’auteur nous parle à vif de poésie, comment çà vient, à quoi çà tient, comment c’est là, et l’on se surprend à se souvenir que selon Valère Novarina « les mots sont des animaux semi sauvages «, que les mots réels poussent en contre-jour, à distance respectueuse du regard, en grand silence, qu’ils sont les yeux de la forêt, qu’ils se saisissent de tout et qu’il va falloir y aller mollo, sans rien faire

 

Le premier mot s’appelle ‘marionnette’, il nous crochète de l’index quelque chose comme : Viens, suis-moi, s’agissant d’une invitation malicéenne composée de « onze lettres (     ) onze oiseaux sur un fil invisible, muets (    ) » ; dans l’instant le poète advient, « chef d’orchestre d’une assemblée d’oiseaux «, il leur souffle « que le nom est une première étape pour quitter le statut d’objet », il craque une allumette dans le noir pour amorcer le chemin, la volière s’ébroue, s’émeut, siffle, aussitôt, c’est parti, « les mots forment un ciment » intempestif, chacun son climat, accorde son do ; c’est mine de rien, dès l’entame, que l’auteur ne parle déjà que de cela, la poésie, l’écriture, le rapport que les mots entretiennent avec le poète, le poète avec les mots, la réalité avec le texte, en découd avec la maladresse, l’autosatisfaction, l’hermétisme, les tournures, les qualités et leurs défauts, tandis qu’il y a ces silences de pouls d’air, ces clins d’œil entre les lignes, ces battements perdus de pompe dessous les palmes - sssss’e… -, quand on tient un oiseau entre les yeux, et que c’est quiet, cette confiance, sorte de neige

 

2.Les parenthèses se retournent. Avec un bruit naissant de soufflerie le mot « ‘paysage’ » entre en scène. À la manière d’un philatéliste l’auteur accole amoureusement de miniatures voyages tout contre un grand cahier mental : la poésie çà penche minutieusement du côté de l’infiniment petit. « Sans confusion ni chaos » les oiseaux réels deviennent « oiseaux de métaphysique » que le poète s’abstient de nommer : ici-les-commentaires-n’assassineront-jamais-le-paysage. C’est ainsi qu’« ils règnent sur la frontière entre rien et son contraire (     ) et forment le mot qui les contient tous (     ) qui brille en intérieur », ‘paysage’

 

  1. Implose le mot poème : « tout poème est un objet avec son poète en dedans ( ) gravant de l’intérieur ce dont il ne comprendra jamais rien «. Un nuage passe qui se retourne, bouche bée

 

  1. Déboule le mot ‘théâtre’ : semblable à un organiste il n’investit pas seulement la musique mais a aussi « sa présence aux lieux » afin que l’immense oraison de pierre la réverbère jusqu’aux cieux. Il fait jour. Mais qui donc « écoute les mots en suspens dans les rêves des chiens ? », hormis le poète

 

5 & 6 & 7 & . constituent une éternité en étain à partir des miettes du mot ‘tatou’ ; on est loin du commencement, loin du port, loin de toute idée de destination, un fil se désangle au fur et à mesure de la représentation, à partir de la représentation, du côté des multiples présences de la représentation, telle « petite mort lumineuse », à soi, à l’idée de, mot à mot le mot ‘silence’ couvre la parole, nous délivre de la représentation, la poésie est une science infuse, la trame s’étage dans toutes les directions, étincelle moelleuse, conscience réverbérée d’exception laxe, du « mot qui n’a pas de nom », afin que (petit 8.) jamais ‘poème’… ) qui est « parole en dedans » ( … ne pèse ni ne pense, et que (petit 9.) le mot « ‘konsaipas’ » fasse office de joker extraterrestre de la langue, juste avant que (petit 10.) « le mot ‘canard’ » ne s’offre en spectacle au centre de la scène, étant posé que, « chaque mot, à tout instant, élargit un vide dont il tiendrait le centre »

 

Première et dernière tentation du poète, écrire, accomplit chaque fois le nano-miracle qui a pour conséquence d’autoriser le lecteur et le poète à flotter conjointement in vivo la bulle vitale du texte via la lecture. S’agissant d’une résurrection du texte (la lecture) comme au premier matin, les oiseaux se lèvent à l’apparition du mot, le-poète-le-paysage-la-poésie fondent un continuum fœtal. Little big bang de la création ininterrompue, croissance vertueuse. Fin de l’écriture corticale. Silence çà tourne mieux sans y penser. Cristal de ce follicule déhiscent de l’amour en acte qui consiste à être entrain de créer. Entracte. Récréation de la guerre. Marcher sur l’eau en l’autre-rimbaldien-du-même. Remonter les parois de la grotte à mains nues. Comme si, du point de vue du lecteur cette fois, le poème ne naissait pas à l’extérieur de lui, en un autre que lui, mais en lui. Instase de ce qui s’osmose en temps réel dans son théâtre intérieur. Moteur çà crée (sacré ?). Caisson de couveuse. Poète, poule aux œufs d’or couvant le paysage. Myriade de paille. S’agissant d’une gestation entre toutes. Présence-inconditionnelle-à l’amour-en-marche, science analphabète de la lévitation, décompte pirouette sur les treize doigts de la main du work in progress d’une résidence fructueuse

 

 

À l’attention des camarades pointilleux, soucieux d’être rassurés : Patrick Dubost n’est pas une sorcière, ni une fée (je veux dire le-pendant-masculin-d’une-fée si tant est que cela existe) mais un écrivain-poète-réel, qui publie depuis une trentaine de livres des silences féconds et des trèfles à 4 feuilles (et même ici à 13 branches) qui réenchantent notre vision du monde, font voler nos certitudes, nos peaux de saucisson, et même les murs, pour notre plus grand bien et sans se forcer

 

*

 

 c’est en aptitude de suspension

dans le sillage du texte

qu’ainsi se réinventent

sous couvert de pollen

d’insavantes chroniques

perdus d’aise dans les alpages

auprès des ermites